Fusion Renault-Fiat Chrysler : une proposition définitivement caduque ?

Au terme d'un conseil d'administration qui a mal tourné, Fiat Chrysler a retiré sa proposition de mariage avec Renault-Nissan, mercredi 5 juin.

FRANCE 3

Coup de théâtre pour l'industrie automobile. Mercredi 5 juin au soir, Fiat Chrysler retire son offre de fusion avec Renault-Nissan. Le constructeur italo-américain estime qu'en France, les conditions politiques ne sont pas réunies. Mais si l'on en croit le communiqué de l'industriel français, ce mariage n'est pas définitivement enterré : "Nous considérons que cette proposition est opportune, ayant beaucoup de mérite industriel et d'attractivité financière". Le gouvernement reste également ouvert à toutes propositions.

Nissan opposé à la fusion

À la clôture le la bourse de Paris jeudi 6 juin, l'action Renault perd plus de 6%. Elle en avait gagné le double fin mai lors de l'annonce de l'offre de fusion. Allié au constructeur français depuis vingt ans, Nissan voyait d'un mauvais œil ce mariage annoncé, alors que l'affaire Carlos Ghosn avait largement entamé les relations entre les deux constructeurs. Bruno Le Maire s'envole pour Tokyo (Japon) jeudi 6 juin pour tenter d'aplanir les relations.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les entreprises Renault et Fiat-Chrysler ont annoncé, lundi 27 mai, envisager un projet de fusion.
Les entreprises Renault et Fiat-Chrysler ont annoncé, lundi 27 mai, envisager un projet de fusion. (FABRICE COFFRINI / FIAT PRESS OFFICE / AFP)