Fuite de Carlos Ghosn : des soutiens libanais au plus haut niveau

Carlos Ghosn, sous contrôle judiciaire au Japon, a rejoint clandestinement le Liban lundi 30 décembre. Pourquoi l'ancien patron de Renault a-t-il choisi cette destination ?

FRANCE 2

L'ancien patron de Renault a quitté le Japon, où il était assigné à résidence lundi 30 décembre. Carlos Ghosn a rejoint Beyrouth dans la soirée. Au Liban, l'homme d'affaires est une star. "C'est une icône, le symbole du Libanais qui est parti à l'étranger et qui a fait fortune dans les affaires, ce qui explique probablement pourquoi il a des soutiens au plus haut niveau de l'État", rapporte le journaliste Wissam Charaf depuis Beyrouth. Carlos Ghosn a pu donc rejoindre la capitale sans encombre et sans passeport.

Des réseaux qui le protègent

Ces dernières années, l'ancien patron de Renault a investi dans les secteurs bancaire et immobilier dans le pays de son enfance. Il possède également des vignobles. "C'est un pays où il a des réseaux qui le protègent. La justice libanaise n'a rien à lui reprocher, et surtout, il n'existe pas de traité d'extradition entre le Liban et le Japon", conclut Wissam Charaf.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'ancien PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, le 3 avril 2019 à Tokyo (Japon).
L'ancien PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, le 3 avril 2019 à Tokyo (Japon). (KAZUHIRO NOGI / AFP)