Carlos Ghosn va passer le réveillon de Noël et du Nouvel an derrière les barreaux après la prolongation de sa garde à vue

Le patron de Renault fait l'objet d'un nouveau mandat d'arrêt pour abus de confiance.

Carlos Ghosn, le 6 octobre 2017. 
Carlos Ghosn, le 6 octobre 2017.  (ERIC PIERMONT / AFP)

Carlos Ghosn passera les fêtes en prison. Le PDG de Renault et de l'Alliance Renault-Nissan a vu sa garde à vue prolongée jusqu'au 1er janvier inclus par la justice japonaise, dimanche 23 décembre. "Aujourd'hui, la décision a été prise de le détenir. La garde à vue viendra à expiration le 1er janvier", a annoncé le tribunal du district de Tokyo dans un communiqué. 

Le dirigeant du groupe automobile, dont l'arrestation le 19 novembre avait fait l'effet d'un coup de tonnerre, a fait l'objet vendredi d'un nouveau mandat d'arrêt sur des charges supplémentaires, à savoir "abus de confiance". Le parquet le soupçonne d'avoir "failli à sa fonction de PDG et d'avoir causé un préjudice à Nissan".

Concrètement, le parquet lui reproche d'avoir fait couvrir par Nissan "des pertes sur des investissements personnels" au moment de la crise financière d'octobre 2008, ce qu'il nie, selon la chaîne de télévision publique japonaise NHK. La somme incriminée s'élève à 1,85 milliard de yens (14,5 millions d'euros). Ce type de délit est normalement prescrit au bout de sept ans, mais la loi permet de suspendre le décompte lors des séjours à l'étranger, nombreux dans le cas de Carlos Ghosn qui passait seulement un tiers de son temps au Japon.