Carlos Ghosn : les conditions minimalistes de sa garde à vue au Japon

Au Japon, la garde à vue de Carlos Ghosn, soupçonné de malversation et de dissimulation de revenus, est prolongée de 10 jours. Dans quelles conditions est-il retenu ? Le journaliste Arnaud Miguet est sur place pour France 2.

Voir la vidéo
France 2

Carlos Ghosn s'apprête mercredi 21 novembre à passer sa troisième nuit dans un centre de détention au Japon. Il est retenu "en garde à vue depuis lundi 19 novembre dans des conditions pour le moins spartiates. Pas de chauffage, une petite cellule exiguë, un futon à même le sol en guise de lit et trois bols de riz par jour", détaille le journaliste Arnaud Miguet. "Il peut être interrogé pendant 9 heures consécutives sans la présence d'un avocat. Il n'a évidemment pas accès à un téléphone ou à ses emails. S'il reçoit des proches ou de la famille, c'est uniquement 15 minutes en présence d'un policier en langue japonaise", ajoute-t-il.

Sa garde à vue prolongée de 10 jours

Carlos Ghosn est donc traité comme un justifiable de droit commun, comme les autres. "En droit japonais, il n'y a pas de présomption d'innocence. Il est donc considéré coupable tant qu'il n'a pas prouvé le contraire. Mercredi, sa garde à vue a été prolongée de 10 jours. Il pourra y avoir une extension de dix jours supplémentaires sans possibilité de remise en liberté sous caution", conclut le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Carlos Ghosn lors d\'une conférence de presse à Rio de Janeiro (Brésil), le 4 janvier 2016.
Carlos Ghosn lors d'une conférence de presse à Rio de Janeiro (Brésil), le 4 janvier 2016. (VANDERLEI ALMEIDA / AFP)