Carlos Ghosn : ces dépenses qui interrogent la justice française

La justice interdit désormais à Carlos Ghosn de quitter le Liban. En France, il doit expliquer certaines dépenses suspectes.

FRANCE 2

La justice française s'interroge sur de possibles malversations. S'il n'est pas mis en examen comme au Japon, Carlos Ghosn doit apporter des réponses sur des dépenses suspectes. Deux soirées au château de Versailles (Yvelines) payées par le groupe Renault-Nissan sont notamment pointées du doigt. S'agissait-il du 15e anniversaire de l'alliance ou des 60 ans du PDG ? Le parquet de Nanterre veut savoir si les entreprises ont payé une soirée privée. "C'était pour nos partenaires étrangers", s'est justifié Carlos Ghosn mercredi 8 janvier. En octobre 2016, son mariage avait aussi été organisé à Versailles, la location ne lui avait rien coûté, car Renault est un mécène. Pour lui, il s'agit d'un geste commercial du château.

Suspicion de missions fictives

Par ailleurs, des contrats de conseil interrogent. Selon l'avocat Jean-Paul Baduel, il s'agirait de missions fictives commandées à Alain Bauer ou Rachida Dati. L'ancienne ministre a porté plainte pour diffamation. La justice française s'intéresse enfin à des dépenses suspectes depuis Renault-Nissan vers le Sultanat d'Oman au profit de proches de Carlos Ghosn.

Le JT
Les autres sujets du JT
Carlos Ghosn lors de sa conférence de presse à Beyrouth au Liban, le 8 janvier 2020. 
Carlos Ghosn lors de sa conférence de presse à Beyrouth au Liban, le 8 janvier 2020.  (MAHMUT GELDI / ANADOLU AGENCY / AFP)