Automobile : les prix de l’occasion flambent

C’est une des conséquences de la pénurie des semi-conducteurs. En l’absence de voitures neuves disponibles, les acheteurs se rabattent sur l’occasion. Et les offres commencent à manquer.

Article rédigé par
Boris Loumagne - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un véhicule d'occasion proposé à la vente (illustration). (REMY PERRIN / MAXPPP)

Si vous voulez acheter une voiture neuve aujourd’hui, il vous faudra être patient. Le délai d’attente est de 6 mois à un an, deux fois plus long qu’en temps normal. La cause en est bien sûr la pénurie mondiale de semi-conducteurs qui freine la production. Conséquence, les acheteurs se tournent vers les véhicules d'occasion. Mais face à la demande, les prix flambent : +5,5% au mois d'août par rapport à la moyenne constatée sur 8 mois, selon une étude

Arnaud Omnès, gérant de la concession VPN Auto à Versailles, dans les Yvelines, doit rogner sur ses marges et désormais ses tarifs sont non négociables. "Les gens veulent toujours un peu négocier, on a toujours une marge de manœuvre. Malheureusement, à l’heure actuelle, on essaie d’être dans les clous du marché et on explique aux gens que si on vend en faisant des prix, on n’a plus de réapprovisionnement derrière. Ce n’est pas le but", explique-t-il.

Un effet domino

Le marché est sous tension. Arnaud Omnès se fournit en véhicules d'occasion auprès de particuliers mais aussi et surtout auprès des constructeurs. Mais comme les voitures d'occasion se font rares, les constructeurs ont augmenté leurs tarifs, "à peu près de 20 à 30%", constate le concessionnaire. "Pour exemple, le prix d'une Volkswagen T-Cross que j’ai achetée il y a une semaine a été augmenté depuis par le constructeur de 2 000 euros parce qu’ils n’ont pas assez de véhicules à vendre dans leurs propres réseaux. Ils augmentent les prix pour nous dissuader d’acheter certains véhicules. Ils veulent les garder pour eux", explique Arnaud Omnès.  

Cette raréfaction sur le marché de l'occasion et la flambée des prix qui l'accompagne découlent de la pénurie des semi-conducteurs, des composants essentiels à la fabrication des véhicules neufs. "Comme il n’y a pas de voitures neuves ou très peu, en bout de chaîne on voit qu’il y a un problème de sourcing du véhicule d’occasion, c’est-à-dire que les garages n’arrivent plus à trouver les voitures d’occasion qu’ils voudraient vendre, précise Flavien Neuvy, économiste et directeur de l'observatoire Cetelem. "Vous avez par exemple des loueurs qui achètent beaucoup de voitures neuves habituellement et qui, au bout d’un an, deux ans, trois ans, les revendent et ça vient irriguer le marché de l’occasion, explique-t-il. Mais aujourd’hui, comme ils n’ont pas de voitures neuves à cause des problèmes de livraison, ces loueurs gardent leurs véhicules et ne les remettent pas sur le marché de l'occasion."

"On assiste à une tension sur le marché du neuf qui est en train de se répercuter progressivement sur le marché de l’occasion avec une augmentation progressive des prix"

Flavien Neuvy, économiste

à franceinfo

En France, les ventes de véhicules d'occasion ont affiché une progression de 17,9% de janvier à mars 2021, avec 1,57 million d'unités écoulées, selon le site de L'Argus. Depuis janvier, il se vend en France 3,5 voitures d’occasion pour une voiture neuve. Mais avec la hausse des prix, les ventes d'occasion qui se portaient si bien en début d'année sont en train de ralentir. 

Les prix des voitures d'occasion flambent - reportage de Boris Loumagne.
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Automobile

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.