Cet article date de plus de trois ans.

Automobile : en panne de cartes grises

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Automobile : en panne de cartes grises
Article rédigé par
France Télévisions

Six mois après la fermeture des historiques guichets de cartes grises en préfecture, 450 000 demandes de carte grise seraient aujourd'hui en attente.

C'était l'achat coup de coeur, le bon plan devenu le cauchemar de Josny Cameus : "Ça c'est ma moto que j'ai depuis juin de l'année dernière, qui malheureusement reste immobilisée depuis mon achat", témoigne-t-il. Six mois désormais que le jeune homme attend sa carte grise, et sans ce précieux sésame, impossible de quitter le parking. "Je suis écoeuré. Je ne peux pas l'utiliser, ni la vendre, ni l'assurer correctement, je suis complètement paralysé", insiste le jeune homme. Le responsable de tous ces problèmes, selon lui, c'est le site de l’Agence nationale des titres sécurisés. C'est désormais le seul moyen de faire sa demande de carte grise. Malgré plusieurs requêtes, malgré des dizaines de tentatives de relance, toujours la même réponse : "votre dossier est en cours". 

300 000 dossiers en attente

En novembre dernier pourtant, lorsque les guichets des préfectures ferment leurs portes pour laisser place au tout numérique, c'est une révolution qui est annoncée : plus de file d'attente, des démarches possibles 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, et des cartes grises expédiées en une semaine maximum. Pour les cas les plus simples, si vous avez acheté une voiture neuve par exemple, pas de soucis : 2,7 millions de cartes grises ont été délivrées. Mais le système a des failles, notamment pour certaines voitures d'occasion. 100 000 dossiers en attente en décembre 2017, 300 000 aujourd'hui selon les professionnels de l'automobile. Des chiffres impossibles à vérifier auprès du ministère de l'Intérieur, qui reconnait des dysfonctionnements, mais évoque surtout des demandes en attente, car incomplètes. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Automobile

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.