Attac bloque une agence Société Générale Private Banking à Paris

Une quarantaine de militants de l'association altermondialiste bloque l'entrée d'une agence de banque privée Société Générale Private Banking, à Paris. Attac appelle à en faire de même partout en France.

(Des militants de l'organisation altermondialiste Attac bloquent les entrées de la banque près du métro Bourse à Paris © SIPA / AP/Francois Mori)

Depuis 8h30 ce jeudi matin, une quarantaine de militants de l'association altermondialiste Attac bloquent les entrées d'une agence de la Société Générale Private Banking rue Réaumur, à Paris, pour demander de "réelles sanctions contre la banque ", citée dans le scandale des Panama papers, selon le porte-parole de l'association joint au téléphone par France Info.

"C'est une action symbolique pour dire que ça suffit et qu'il faut prendre de réelles mesures pour éviter que les scandales bancaires ne se succèdent sans qu'il n'y ait jamais aucune conséquence", a estimé Dominique Plihon.

Attac appelle, dans les heures et les jours à venir, ses militants en région à faire de même devant toutes les agences Société Générale Private Banking en France. "C'est dans ces succursales que se pratique ce que la banque appelle pudiquement l'optimisation fiscale, ce qui revient en fait à de l'évasion fiscale" , a affirmé le porte-parole d'Attac.

"Nous visons aussi le ministre des Finances, qui nous dit qu'il organise la lutte contre l'évasion fiscale. En réalité on s'aperçoit que le Panama jusqu'à hier n'était pas dans la liste des paradis fiscaux" : Dominique Plihon, porte-parole d'Attac
--'--
--'--

Les militants d'Attac ont empêché les salariés et les clients d'entrer. Ils se sont ensuite installés dans des bureaux pour jouer au jeu de société "Offshore".

L'action d'Attac la Société Générale Private Banking rue Réaumur, à Paris : un reportage de Gaële Joly
--'--
--'--

Société Générale Private Banking est la banque privée du groupe Société Générale. Elle propose des services de gestion de patrimoine à une clientèle d’entrepreneurs et de particuliers fortunés.

A LIRE AUSSI ►►►Panama papers : convoquée à Bercy, la Société générale se défend