Arrêts maladie payés par les entreprises : "C'est la double peine !", s'indigne le vice-président du Medef

Selon le journal "Les Echos", le gouvernement envisagerait que les entreprises prennent en charge quatre jours d'indemnités journalières pour les arrêts de travail de moins de huit jours.

Le président et le vice-président du Medef, Geoffroy Roux de Bezieux et Patrick Martin, le 3 juillet 2018, à Paris. 
Le président et le vice-président du Medef, Geoffroy Roux de Bezieux et Patrick Martin, le 3 juillet 2018, à Paris.  (ERIC PIERMONT / AFP)

La mesure ne passe pas auprès du patronat. Selon le journal Les Echos, le gouvernement envisagerait que les entreprises prennent en charge quatre jours d'indemnités journalières pour les arrêts de travail de moins de huit jours. Dans une lettre adressée, le 31 juillet, à Matignon par le Medef, la CPME et l'U2P, les chefs d'entreprise refusaient déjà cette perspective.

Dans un entretien au Parisien daté du lundi 13 août, le nouveau vice-président du Medef, Patrick Martin, en remet une couche. "C'est la double peine !, s'indigne-t-il. Les absences de courte durée sont extrêmement perturbantes pour l’entreprise et représentent un coût. On ne peut bien souvent pas remplacer la personne absente en recourant à un CDD ou à un intérimaire car on ne sait pas combien de temps le salarié restera absent."

Selon le numéro deux du Medef, "si l'entreprise doit prendre en charge l'indemnisation de ces absences, cela représente une enveloppe qui s'élève à 900 millions d'euros"