Cet article date de plus de neuf ans.

Amende symbolique pour Google

Le moteur de recherche devra payer 100.000 euros à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil). Motif de cette sentence un brin dérisoire au regard de la puissance du géant américain : la collecte de données privées à travers son programme Street View.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Radio France © France Info)

Les "Google cars" ont glané plus d'informations que nécessaire. C'est ce que la Cnil reproche à Google. Ces voitures censées sillonner les rues pour prendre des photos alimentant le système de géolocalisation Street View, ont également collecté sans le vouloir des données personnelles transmises par Wi-Fi dans la rue. Dans le désordre : des données de connexion à des sites web, des mots de passe de messagerie, adresses de courrier électronique ou des échanges de courriels révélant notamment des informations sensibles.

Or la Cnil ne plaisante pas avec ce genre d'impair. "Compte-tenu de la gravité des faits et du risque d'atteinte à la vie privée des utilisateurs des réseaux Wi-Fi concernés, la Cnil a mis en demeure la société, le 26 mai 2010, de cesser toute collecte de données à l'insu des personnes et de lui fournir une copie de l'intégralité des données de contenu captées sur le territoire national", a précisé la Commission dans un communiqué.

Google s'est défendu plaidant l'erreur de bonne foi, mais n'a cependant pas renoncé à utiliser les données identifiant les points d'accès Wi-Fi de particuliers à leur insu. La Cnil a décidé de sévir et inflige donc une amende de 100.000 euros au moteur de recherche.

Caroline Caldier, avec agences

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.