Cet article date de plus de cinq ans.

Alimentation : les premiers prix ne sont pas moins bons que les produits de marque

C'est ce que révèle une vaste étude de l'Observatoire de l'alimentation publiée mercredi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Dans un supermarché d'Agen (Lot-et-Garonne), le 18 juin 2010.  (MAXPPP)

Moins cher ne signifie pas moins bon. Les produits premiers prix (marques de distributeurs "entrée de gamme" et "hard discount") présentent globalement une qualité nutritionnelle identique à celle des marques distributeurs et des marques nationales, selon une étude de l'Observatoire de l'alimentation (Oqali) publiée mercredi 22 juillet et intitulée "Caractérisation de l'offre alimentaire, par secteur et segment de marché".

Charcuterie, céréales, compotes, jus et nectars, produits laitiers… Plus de 16 000 références récoltées entre 2008 et 2011 ont été passées au crible par cette étude de l'Oqali, géré conjointement par l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) et l'Institut national de la recherche agronomique (Inra). 

Une offre moins variée pour les marques distributeurs "entrée de gamme"  

Verdict : "Des différences ponctuelles et non généralisables sont mises en évidence entre les segments de marché", souligne l'Oqali. Des simulations théoriques, considérant des consommateurs fidèles exclusivement à un segment de marché, indiquent toutefois "une tendance à des apports protéiques plus faibles via la consommation de produits premiers prix", précise l'Observatoire. Mais "les apports en protéines de la population française étant supérieurs aux recommandations, une telle consommation de produits premiers prix n'impliquerait pas de risque de carence ou d'apport insuffisant pour le consommateur", ajoute-t-il.

Par ailleurs, selon l'étude, l'offre de produits est moins variée pour les marques de distributeurs "entrée de gamme". Cela se traduit par une offre moins diversifiée en produits allégés en sucres (compotes et confitures) ou en produits de qualité supérieure (charcuterie), mais aussi par une offre moins large de produits au sein des familles dites "gourmandes" du secteur (produits laitiers). 

(OQALI)

Toutes catégories confondues, 90% des produits présentent un étiquetage nutritionnel (valeur énergétique, protéines, glucides, lipides et, éventuellement, fibres, sodium, acides gras saturés et sucres), dont 62% un étiquetage nutritionnel détaillé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.