Alimentation : l'application Yuka perd en justice contre les industriels charcutiers-traiteurs

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Alimentation : l'application Yuka perd en justice contre les industriels charcutiers-traiteurs
FRANCE 2
Article rédigé par
J. Weyl, N. Fleury, V. Lucas, J-C. Lambard - France 2
France Télévisions

La récente pétition visant à faire interdire les nitrites dans la charcuterie pourrait signer l'arrêt de l'application Yuka. Attaquée en justice par la Fédération française des industriels charcutiers-traiteurs, Yuka vient de perdre la bataille. 

L'application Yuka fait trembler les industriels. Pourtant, elle vient de subir son premier échec devant les tribunaux. L'application, qui permet aux consommateurs de connaître en quelques secondes la composition d'un produit, a perdu en justice face aux fabricants de charcuterie. Les nitrites, un conservateur controversé présent dans la plupart des jambons achetés dans le commerce, sont au cœur du litige.

Yuka juge les sels nitrités dangereux pour la santé

Les industriels ont attaqué, et ont gagné contre Yuka pour dénigrement et pratiques commerciales déloyales trompeuses, car l'application attribue une très mauvaise note à ces produits. Elle a été condamnée à payer 20 000 euros de dommages et intérêts, et à modifier la notation de ces produits. Elle a depuis fait appel de la décision. Rapport scientifique à l'appui, Yuka juge les sels nitrités dangereux pour la santé. "Il y a un vrai consensus scientifique. L'OMS a classé les nitrites et les nitrates ingérés comme cancérigènes probables pour l'homme (...). C'est très étonnant d'avoir le sentiment que les intérêts économiques des industriels passent avant la santé des consommateurs", avance Julie Chapon, cofondatrice de Yuka. 

De leur côté, les fabricants se rangent derrière l'Agence de sécurité de l'alimentation. Depuis 2011, certains scientifiques considèrent qu'à faible dose, les nitrites ne posent pas de problème. "Ils écrivent que, consommés dans le cadre d'un repas équilibré, il n'y a plus aucun effet néfaste pour la santé", justifie Bernard Vallat, président de la Fédération française des industriels charcutiers-traiteurs. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.