Cet article date de plus de cinq ans.

Litige entre Boeing et Airbus : l'OMC donne raison aux Etats-Unis contre l'Union européenne

Un différend oppose les deux avionneurs depuis douze ans, au sujet des subventions européennes dont ils bénéficient.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le siège de la Commission européenne, à Bruxelles (Belgique), le 8 janvier 2016. (WINFRIED ROTHERMEL / PICTURE ALLIANCE / AFP)

Un organe d'appel de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) a donné raison aux Etats-Unis contre Airbus, jeudi 22 septembre, dans le différend qui oppose Boeing et l'avionneur européen au sujet des aides publiques dont ils bénéficient. L'OMC a conclu, dans un rapport, que l'Union européenne (UE) ne s'est pas conformée à ses précédentes décisions en continuant à verser des subventions à Airbus sous la forme de prêts.

Ces prêts ont fait perdre des ventes à Boeing et causé un "préjudice grave" aux intérêts des Etats-Unis, écrit l'OMC. Le rapport rejette en outre l'argument de l'UE selon lequel l'A350, l'avion le plus récent d'Airbus, n'est pas concerné par le différend. L'organe d'appel assure que le gros porteur a lui aussi bénéficié de subventions, mais rejette les arguments des Etats-Unis sur l'importance de ces aides.

L'UE se réserve le droit de faire appel

Le directeur général de Boeing, Dennis Muilenburg, s'est félicité des conclusions du rapport de l'OMC. "Elles rendent enfin l'UE et Airbus comptables de leur mépris des règles internationales du commerce", a-t-il estimé jeudi.

L'UE a déclaré se réserver le droit de faire appel. Elle a rappelé que deux autres décisions de l'OMC sur des aides américaines à Boeing étaient attendues dans les mois à venir. La direction d'Airbus a, elle, déclaré jeudi s'être conformée à la plupart de ses obligations devant l'organisation internationale. Elle a annoncé qu'elle comptait faire appel de la décision de l'OMC.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Aéronautique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.