Crash de la Caravelle Ajaccio-Nice en 1968 : l'Élysée demande la levée du secret-défense

Le crash du vol avait fait 95 morts, le 11 septembre 1968. Les familles de victimes n'ont jamais cru à la thèse de l'accident.

Une vedette de la douane ramène des débris de la Caravelle qui s\'est abîmée en mer à quelques kilomètres du Cap d\'Antibes, le 11 septembre 1968. L\'avion de la compagnie Air France effectuait le trajet Ajaccio-Nice et transportait 89 passagers et six membres d\'équipage. Il n\'y a aucun survivant.
Une vedette de la douane ramène des débris de la Caravelle qui s'est abîmée en mer à quelques kilomètres du Cap d'Antibes, le 11 septembre 1968. L'avion de la compagnie Air France effectuait le trajet Ajaccio-Nice et transportait 89 passagers et six membres d'équipage. Il n'y a aucun survivant. (P. LOUIS / AFP)

Emmanuel Macron souhaite la levée du secret-défense à propos du crash de la Caravelle Ajaccio-Nice, le 11 septembre 1968, a appris France Bleu Azur mardi 10 septembre, confirmant une information de Nice Matin. Le chef de l'État a demandé à sa ministre de la Défense, Florence Parly, de saisir la commission de la défense nationale pour ouvrir la voie à la déclassification d'un certain nombre de documents classés secret-défense, en lien avec l'événement.

Le président de la République a adressé une lettre en ce sens à Mathieu et Louis Paoli, fondateurs de l'association des victimes du crash du vol, qui avait fait 95 morts, dont 13 enfants et 6 membres d'équipage. La levée du secret-défense devrait permettre de répondre à cette question : un tir de missile a-t-il abattu l'avion ? Les familles de victimes n'ont jamais cru à la thèse de l'accident.

"Je salue le geste du président de la République", a réagi sur franceinfo Christian Estrosi, le maire de Nice. "Il est temps de mettre un terme à ces 51 ans de mutisme, pour ne pas dire d'indifférence de l'État." Car, pour l'élu, "il y a eu une opacité, on a voulu cacher quelque chose qui sans doute à l'époque mettait en cause le commandement, une manœuvre qui aurait pu mettre en danger le vol de cette Caravelle".

Une demande déjà formulée l'an dernier

En 2018 déjà, le président du conseil exécutif de Corse Gilles Simeoni, le maire d'Ajaccio Laurent Marcangeli, le maire de Nice Christian Estrosi et le président de l'Assemblée de Corse Jean-Guy Talamoni avaient écrit ensemble solennellement à Emmanuel Macron afin de demander la levée de ce secret-défense. Demande renouvelée le 9 septembre par Christian Estrosi et Laurent Marcangeli dans une lettre qui dénonçait "51 ans de mutisme, pour ne pas dire d'indifférence de l'État".

Fin mars 2018, le juge d'instruction Alain Chemama avait officiellement requis une levée du secret-défense. Le juge chargé de l'enquête sur le crash avait estimé qu'il fallait prendre "très au sérieux" la thèse d'un tir de missile accidentel touchant l'arrière de l'appareil.

Mardi et mercredi, Ajaccio et Nice organisent, comme chaque année, des messes du souvenir en hommage aux victimes.