Conflit entre Airbus et Boeing : l'Organisation mondiale du commerce donne son feu vert à des sanctions américaines contre l'UE

Cette décision de l'OMC s'inscrit dans le cadre d'un contentieux, initié il y a quinze ans, sur les aides publiques accordées au constructeur aéronautique européen et à son concurrent américain Boeing. Elle fait craindre la mise en place de sanctions transatlantiques réciproques.

Dans ce conflit commercial, l\'Europe a porté plainte auprès de l\'OMC au sujet d\'aides conditionnelles fournies par l\'Etat de Washington pour la fabrication du nouveau Boeing 777X, en production le 27 février 2019 à Everett (Etats-Unis).
Dans ce conflit commercial, l'Europe a porté plainte auprès de l'OMC au sujet d'aides conditionnelles fournies par l'Etat de Washington pour la fabrication du nouveau Boeing 777X, en production le 27 février 2019 à Everett (Etats-Unis). (LINDSEY WASSON / reuters)

Une nouvelle étape dans une guerre de titans. Alors que Bruxelles et Washington s'affrontent depuis quinze ans sur leurs aides à Airbus et Boeing, l'Organisation mondiale du commerce (OMC) a autorisé, mercredi 2 octobre, Washington à imposer des sanctions sur près de 7,5 milliards de dollars (6,8 milliards d'euros) de biens et services européens par an, en représailles aux aides accordées à Airbus.

Il s'agit de la sanction la plus lourde jamais imposée par l'OMC. Les Etats-Unis avaient réclamé la possibilité d'aller jusqu'à 10,56 milliards de dollars par an. Le feu vert de l'OMC ne préjuge toutefois pas de la décision des Etats-Unis d'imposer ou non ces sanctions, en totalité ou en partie, sous la forme de surtaxes sur une vaste gamme de produits européens.

Un nouvelle trêve difficile à conclure

La Commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, a immédiatement réagi en affirmant qu'en cas de nouveaux droits de douane américains, "l'UE n'aura pas d'autre option que de faire la même chose". Elle a toutefois réitéré sa "volonté de trouver un règlement équitable" avec les Etats-Unis.

Ce conflit commercial, dont l'enjeu s'élève à des milliards d'euros ou de dollars, est le plus long et aussi le plus compliqué traité par l'OMC. Des procédures sont encore en cours, et en 2014, les Européens ont rajouté un nouveau volet au dossier en portant plainte auprès de l'OMC au sujet d'aides conditionnelles fournies par l'Etat de Washington pour la fabrication du nouveau Boeing 777X. Mais une nouvelle trêve, à l'image de celle de 1992, semble difficile à conclure.