Aigle Azur : les salariés sont plus inquiets que jamais

Pas moins de 14 candidats ont déposé leur offre de reprise de la compagnie aérienne Aigle Azur, en redressement judiciaire. La liquidation de l'entreprise semble toutefois inévitable et une partie des 1 150 salariés pourraient perdre leur emploi.

FRANCE 2

Ils tentent de s'épauler, le regard un peu perdu, dans l'attente de nouvelles devant leur siège social. Les 1 150 salariés l'ont compris : leur compagnie, Aigle Azur, devrait être démantelée. Certains sont même venus chercher leur toute dernière fiche de paie, l'estomac noué. Dans les coulisses, 14 offres de reprise ont été déposées. Parmi elles, celle d'Air France. 650 salariés seraient gardés pour reprendre les liaisons en direction du Liban et de l'Algérie. La compagnie investirait 15 millions d'euros. Autre offre complémentaire : celle d'Air Caraïbes, qui prévoit de garder 106 salariés pour l'activité long-courrier, moyennant un investissement de 15 millions d'euros là aussi.

Aucune offre ne prévoit la sauvegarde de tous les emplois

L'ancien PDG de la compagnie Hop!, filiale d'Air France, Lionel Guérin, a lui aussi déposé une offre de reprise partielle. Des propositions qui peuvent encore être revues à la hausse pendant 48 heures. Car pour l'instant, même avec les meilleures offres, plusieurs centaines d'emplois seraient supprimés. Selon les syndicats, le tribunal de commerce doit choisir le nom du ou des futurs repreneurs lundi 16 septembre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un Airbus A318 de la compagnie Aigle Azur décolle de l\'aéroport de Lille-Lesquin (Nord), le 10 avril 2015. 
Un Airbus A318 de la compagnie Aigle Azur décolle de l'aéroport de Lille-Lesquin (Nord), le 10 avril 2015.  (PHILIPPE HUGUEN / AFP)