Aigle Azur : des milliers de voyageurs privés d'avion

Rien ne va plus pour Aigle Azur. La compagnie aérienne, qui a été placée en redressement judiciaire, suspend tous ses vols à partir de vendredi 6 septembre au soir. Des milliers de passagers se retrouvent ainsi privés d'avion, cloués au sol, sans solution ni perspective de remboursement.

France 2

Les passagers sont dans l'incertitude, en quête de réponse. L'annulation de tous les vols d'Aigle Azur, à partir de vendredi 6 septembre au soir, sonne la fin des vacances. Vendredi matin, le comptoir de la compagnie aérienne de l'aéroport d'Orly (Val-de-Marne) est vide. Les clients sont désemparés. Pas de personnel, et la compagnie n'est pas de nature à rassurer les passagers. Les voyageurs sont amers. Des milliers de Français sont bloqués. Depuis jeudi soir, Aigle Azur les invite à contacter leur assurance ou leur agence de voyages. Par défaut, un site dédié a été mis en place pour déclarer leur préjudice.

Deux scénarios de reprise possibles

Que va-t-il advenir des 1 150 salariés de l'entreprise ? "C'est la grande interrogation. Un syndicat a déjà appelé à manifester samedi au terminal 4 de l'aéroport d'Orly, où se situe Aigle Azur. En attendant, les dossiers de reprise peuvent toujours être déposés jusqu'à lundi 9 septembre à midi. L'État a d'ailleurs fait savoir qu'il cherchait lui aussi activement un repreneur, avec deux pistes sur la table : la première, une reprise totale de la compagnie, avec une restructuration possible de l'entreprise ; la deuxième, une scission des activités d'Aigle Azur, avec d'un côté le long-courrier, et de l'autre le moyen-courrier, repris par plusieurs entreprises du secteur. Ces 1 150 salariés sont aujourd'hui inquiets et attendent lundi prochain pour connaître les projets de reprise", explique le journaliste Julien Duponchel, en duplex depuis l'aéroport francilien.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un Airbus A319 d\'Aigle Azur décolle de Lille, le 25 août 2017.
Un Airbus A319 d'Aigle Azur décolle de Lille, le 25 août 2017. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)