Cet article date de plus de neuf ans.

4 Français sur 10 comptent réduire leurs dépenses pour Noël

Noël 2009 aura lieu dans un contexte économique morose. Conséquence de la crise, 43% des Français entendent réduire leurs dépenses à l'occasion des fêtes de fin d'année. Et 1 personne sur 2 souhaite recevoir de l'argent dans son soulier. C'est ce que révèle un sondage France Bleu / Ipsos.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Radio France © France Info)

Conséquence de la crise, quatre Français sur dix vont dépenser "certainement moins" pour Noël "faute de moyens", tandis que 53% pensent dépenser autant que l’an dernier.

En revanche, tout le monde semble d'accord, à plus de 70%, pour ne pas sacrifier le traditionnel repas de Noël. Et le produit phare des tables restera le foie gras. Un luxe que 82% des sondés veulent se payer.

Les bulles continueront aussi à remplir les coupes. Toujours selon cette étude Ipsos réalisée pour France Bleu, 71% des Français feront en effet leur réveillon au champagne, avec pour seule petite compensation à la baisse de leur pouvoir d’achat, une baisse importante des prix sur le précieux breuvage cette année.

Autre enquête, du cabinet de conseil Deloitte cette fois-ci, mais même constatation. Passé donc le sacro saint plaisir de la table, les dépenses iront décroissantes. Et c'est le budget cadeau qui risque notamment de faire les frais de la crise. Avec une grande nouveauté cette année : 1 Français sur 3 se dit prêt à acheter des cadeaux d’occasion, dans un souci d’économie mais aussi de recyclage.

Parmi les autres modifications du comportement des Français, le recours à Internet, afin de trouver le bon cadeau au meilleur prix. Ainsi au fil des ans, Internet est ainsi devenu le deuxième magasin de France derrière les hypermarchés pour les achats de noël neufs, et à fortiori d’occasion (voir article associé).

Cécile Mimaut, Gille Halais

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.