300.000 personnes pourraient bénéficier bientôt d'une exonération de l'impôt sur la fortune

Le ministre du Budget François Baroin a envisagé dimanche une remontée du seuil d'entrée dans l'ISF dans le cadre de la réforme fiscale qui sera débattue au printemps, idée relayée lundi par le rapporteur UMP du budget Gilles Carrez.François Baroin a évoqué "une remontée du seuil d'entrée à l'ISF, "de 790.000 euros à 1,3 million d'euros".

Le ministre du Budget François Baroin, à l\'Assemblée nationale le 6 avril 2010
Le ministre du Budget François Baroin, à l'Assemblée nationale le 6 avril 2010 (AFP - Mehdi FEDOUACH)

Le ministre du Budget François Baroin a envisagé dimanche une remontée du seuil d'entrée dans l'ISF dans le cadre de la réforme fiscale qui sera débattue au printemps, idée relayée lundi par le rapporteur UMP du budget Gilles Carrez.

François Baroin a évoqué "une remontée du seuil d'entrée à l'ISF, "de 790.000 euros à 1,3 million d'euros".

La réforme fiscale doit être présentée en mai en Conseil des ministres, puis en juin à l'Assemblée nationale.

"On sort (de l'ISF) 300.000 personnes, cela coûte 900 millions d'euros", a indiqué le ministre du Budget dimanche sur BFMTV et RMC. Le manque à gagner serait alors compensé par la suppression du bouclier fiscal, qui coûte "entre 700 et 900 millions d'euros".

Mesure fiscale emblématique de Nicolas Sarkozy, le bouclier fiscal évite à un contribuable de payer plus de 50% d'impôts sur ses revenus. "Si c'est cela la réforme, cela ne coûte pas très cher", a commenté François Baroin. "Cette réforme ne devra pas coûter aux finances publiques". Et d'ajouter: "Il faudra qu'elle soit juste et qu'elle n'abime pas la compétitivité des entreprises."

Dans un entretien au quotidien Les Echos de lundi, le député UMP Gilles Carrez, rapporteur du budget à l'Assemblée nationale, préconise pour sa part un relèvement du seuil d'entrée dans l'impôt sur la fortune (ISF). "On pourrait (...) relever à 1 million d'euros le seuil d'entrée dans l'ISF, mais dans tous les cas, la pédagogie de cet allègement devra s'appuyer sur la résidence principale", plaide pour sa part l'élu de droite. Cet allègement de l'ISF pourrait être financé par la "suppression du bouclier fiscal (qui) permettra d'économiser 700 millions d'euros", argumente Gilles Carrez, qui appelle à une réforme fiscale "simple, juste et efficace".

L'élu propose également "d'appliquer une décote, autour de 500.000 euros sur la détention de la résidence principale" pour les propriétaires qui ont été rattrapés par l'ISF parce que la valeur de leur logement s'est envolée. "Au-delà, l'abattement de 30% continuerait de jouer. Cela permettrait de réduire significativement le nombre d'assujettis à l'ISF, en exonérant les classes moyennes", plaide Gilles Carrez.

Lundi matin sur France Inter, le secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé a jugé "cohérente" l'hypothèse envisagée d'une remontée du seuil d'entrée dans l'impôt sur la fortune. "Pour l'instant je n'ai pas vu de copie sur laquelle on puisse discuter, donc je suis extrêmement prudent", a-t-il nuancé. "Si on doit supprimer le bouclier fiscal alors il faut assumer qu'un jour ou l'autre on devra réduire ou supprimer l'ISF."

"On prépare les Français à payer plus" (Thibault)
Le numéro un de la CGT Bernard Thibault a estimé lundi sur France Info que le débat actuel sur une réforme fiscale et un aménagement de l'ISF visait à préparer "les Français à payer plus".

"Je le perçois bien -et c'était présent dans les propos du président de la République la semaine dernière- on prépare les Français à payer plus", a-t-il déclaré citant notamment l'éventualité "d'une journée de travail gratuite" et d'"une " évoquées pour financer la dépendance.