250.000 euros ont bien été versés à l'informateur anonyme de Renault, a confirmé mercredi l'avocat du constructeur

"Dans le cadre de l'audit réalisé et de la recollection de factures, il apparaît qu'un montant d'environ 250.000 euros a été versé", a dit Me Jean Reinhart.à l'AFP, confirmant une information du Canard Enchaîné.

Des étudiants regardant sur écran la une d\'un site titrant sur \"les soupçons d\'espionnage chez Renault\"
Des étudiants regardant sur écran la une d'un site titrant sur "les soupçons d'espionnage chez Renault" (AFP/MIGUEL MEDINA)

"Dans le cadre de l'audit réalisé et de la recollection de factures, il apparaît qu'un montant d'environ 250.000 euros a été versé", a dit Me Jean Reinhart.à l'AFP, confirmant une information du Canard Enchaîné.

Cette somme a transité par l'enquêteur privé qui faisait office d'intermédiaire entre le service de sécurité de Renault et l'informateur censé avoir donné corps aux soupçons d'espionnage, a-t-il précisé.

Selon le Canard, cet informateur anonyme attend 200.000 autres euros pour son travail et en réclame 900.000 pour apporter des preuves écrites de ces accusations. L'avocat de Renault n'a pas confirmé ces demandes, les qualifiant d'"absurdes".

Après avoir crié à l'espionnage, la direction de Renault évoque désormais la thèse d'une "manipulation" dans cette affaire qui a conduit au licenciement de trois de ses cadres.

Le parquet de Paris attend le retour de demandes d'entraide judiciaire pour vérifier, sur la base des accusations anonymes, l'existence de comptes appartenant à ces cadres au Liechtenstein et en Suisse.

Pour l'heure, aucune trace de ces comptes n'a été trouvée dans ces deux pays, selon des sources proches de l'enquête.