Dette de l'Etat : questions-réponses

a revoir

Présenté parDavid Pujadas

Diffusé le 30/09/2014Durée : 00h40

La dette en quatre questions avec vous François Lenglet, bonsoir. 2.000 milliards, c'est un montant qu'on a du mal à se représenter. A quoi cela correspond comme richesse française.

François Lenglet : C'est un record pour la France depuis 150 ans, en dehors des périodes de guerre. Pour obtenir cette somme, il faudrait additionner :4 réseaux TGV, 2 fois la valeur des Champs-Elysées, une année de prestations sociales, 10 000 tonnes d'or et 10 années d'impôt sur le revenu. Si un euro était représenté par un centimètre, nous pourrions faire l'aller-retour entre la Terre et la Lune 26 fois.

David Pujadas : Comment expliquer que la dette continue d'augmenter alors qu'on n'a jamais payé autant d'impôts et de cotisations en France.

François Lenglet : Pas un euro de nos impôts rembourse la dette. L'argent des impôts sert à financer les dépenses de l'Etat. Et, il n'y suffit pas: malgré les hausses de la fiscalité, le budget est toujours en déficit. En 2013 les recettes de l'état étaient de 1118 milliards d'euros, alors que ses dépenses étaient bien supérieures, 1208 milliards. C'est la différence, le déficit, de 90 milliards d'euros, qui vient chaque année nourrir la dette.

David Pujadas: Qui détient cette dette ? Qui nous prête de l'argent.

François Lenglet : Les deux tiers de nos créanciers sont des étrangers. Le tiers restant, ce sont des Français, des banques et l'assurance-vie qui gère l'épargne des ménages, et en place une bonne partie en obligations du Trésor.

David Pujadas : Est-ce qu'on va vraiment payer cette dette ? Est-ce qu'on va la rembourser.

François Lenglet : C'est peu probable. Lorsqu'on regarde l'histoire, les Etats n'ont jamais payé leurs dettes. Les rois remboursaient leurs prêteurs avec des écus dont on avait rogné l'or. On utilise souvent l'inflation, qui permet de payer ses créanciers en monnaie de singe, exactement comme quand nos parents achetaient un logement a crédit et que leurs mensualités s'amenuisaient au fil des ans parce que les salaires et les prix augmentaient vite. Ou bien, méthode plus radicale, la faillite, qu'on appelle aussi le défaut. La France a fait faillite 10 fois, la dernière en 1812, après les guerres de Napoléon. L'Espagne a cesser de payer sa dette 15 fois en cinq siècles, ca fait une faillite tous les trente ans, l'Allemagne, parangon de vertu, et avant elle la Prusse, six fois! Et sur les seules 30 dernières années, on dénombre 71 Etats en défaut de paiement, dont la Grèce. Une autre méthode est réutilisée par le Royaume-Uni, l Amérique, le Japon: c'est la Banque centrale qui rachète les dettes de l'Etat et qui n'en demandera jamais le remboursement. Peut-être serons-nous contraints d'en arriver là dans la Zone euro. L'actualité à l'étranger. Alors que la Chine s'apprête a célébrer sa fête nationale, à Hong Kong les manifestants pro-démocratie ne désarment pas.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==