Cet article date de plus de huit ans.

Des vagins créés en laboratoire implantés sur quatre jeunes femmes

Toutes souffraient du syndrome de Mayer-Rokitansky-Kuster-Hauser, à l'origine de malformations. L'opération a été effectuée en Caroline du Nord (Etats-Unis).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Wake Forest Baptist Medical Center, à Winston-Salem (Caroline du Nord), où des médecins sont parvenus à implanter des vagins artificiels à quatre jeunes femmes.  (GOOGLE STREETVIEW / FRANCETV INFO)

Agées de 13 à 18 ans au moment de l'opération, quatre jeunes femmes atteintes d'une malformation des organes génitaux, le syndrome de Mayer-Rokitansky-Kuster-Hauser, ont été soignées grâce à l'implantation de vagins créés en laboratoire à partir de leurs propres cellules. "C'est la première fois que nous créons un organe complet qui n'était pas déjà là [sur le patient]. C'était un défi", a confié à la BBC (article en anglais) le docteur Anthony Atala, qui a procédé à l'implantation de ces organes dans un hôpital de Winston-Salem (Caroline du Nord, est des Etats-Unis).

Le premier organe a été implanté il y a huit ans, mais les résultats de cette expérimentation n'ont été rendus publics que vendredi 11 avril dans la revue médicale britannique The Lancet (en anglais). 

"J'ai une vie normale"

"Sincèrement, je suis très reconnaissante parce qu'aujourd'hui, j'ai une vie normale, complètement normale", a témoigné anonymement l'une des quatre patientes, cité par The Guardian.com. Dans les années qui ont suivi les implantations du vagin artificiel, toutes ont déclaré avoir une vie sexuelle normale et, si aucune n'a encore eu d'enfant, la grossesse demeure une possibilité, explique l'étude. 

Pour le docteur Atala,  "[cette réussite] est un exemple supplémentaire de l'application de la médecine régénérative à une diversité de tissus et d'organes". Un résultat encourageant alors que des médecins suisses sont parvenus récemment à appliquer cette technique pour reconstruire le cartilage du nez de patients endommagé après des cancers de la peau, poursuit The Guardian. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Accueil

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.