Vacances : comment des petites villes deviennent des géants le temps d'un été

À chaque période estivale, des petites stations balnéaires voient grandir de façon conséquente leur nombre d'habitants. Un enjeu vital rappelle le journaliste Anthony Jolly pour France 2.

Un nombre impressionnant. "Parfois la population [d'une ville] peut être multipliée par quinze", rappelle ainsi Anthony Jolly. C'est ainsi le cas d'Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales) qui passe de 10 000 à 150 000 habitants l'été "notamment grâce à ses nombreux campings", rappelle le journaliste. Autre exemple frappant : "L'île de Porquerolles (Var) où ses pins et ses sables fins attirent 5 000 touristes par jour contre 300 habitants l'hiver".

L'enjeu, gérer l'afflux de touristes

Cette arrivée soudaine et massive sous-tend une vague de problèmes, d'ailleurs souvent méconnus des vacanciers, précise Anthony Jolly : "C'est la gestion de l'eau. Les nappes phréatiques sont au plus bas. Alors, chaque jour, 400 mètres cube d'eau potable doivent être acheminés par cargo pour pouvoir répondre aux besoins de l'île." Coût de l'addition : 450 000 euros chaque année à la ville. Une vague parfois difficile à gérer, et qui force certaines communes à prendre des mesures : "Les touristes ne sont plus forcément les bienvenus. À Venise, par exemple, à partir du 1er septembre, les vacanciers de passage devront payer une taxe allant de 3 à 10 euros." Autre cas extrême : le Bhoutan autorise depuis 45 ans une taxe de 200 euros par jour et par personne. Mais malgré cette mesure, le tourisme y a été multiplié par dix en 10 ans.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une plage d\'Argelès-sur-Mer le 30 juin 2013.
Une plage d'Argelès-sur-Mer le 30 juin 2013. (RAYMOND ROIG / AFP)