Feuilleton : 2019, destination paradis (1/4)

Cette semaine, France 2 part à la découverte de lieux méconnus, encore sauvages. Direction le "désert de sucre" d'Oman.

FRANCE 2

À cinq heures de route de la capitale du sultanat d'Oman, direction le "désert de sucre", appelé ainsi, car le sable est d'un blanc immaculé. La finesse de ses grains donne à l'ensemble un aspect féerique. Il s'étend sur 15 km de long, 4 km de large, jusqu'à tomber dans l'océan Indien. C'est un désert assez petit, mais unique au monde. Un groupe de randonneurs français a marché cinq heures, depuis tôt le matin, pour y arriver. Bruno, leur guide, vient depuis dix ans au sultanat d'Oman. Le "désert de sucre" est, selon lui, incontournable.

Des constructions pour accueillir de nouveaux touristes

Le sable est extrêmement doux. Sa texture comme sa couleur sont dues à ses origines coralliennes. "Deux, trois fois, la péninsule arabique a été recouverte par une mer, la mer de Téthys, qui était peu profonde et très chaude. Ça a accumulé des sédiments", explique le guide. Pour pouvoir accueillir de nouveaux visiteurs, des constructions en dur apparaissent déjà aux portes du désert. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Au milieu de l\'oasis de Siwa, les ruines ocres rouges de la cité berbère de Shali émergent du vert des palmiers. De nombreux organismes, dont l\'UE, financent le sauvetage du lieu en favorisant le respect des méthodes de construction traditionnelles.
Au milieu de l'oasis de Siwa, les ruines ocres rouges de la cité berbère de Shali émergent du vert des palmiers. De nombreux organismes, dont l'UE, financent le sauvetage du lieu en favorisant le respect des méthodes de construction traditionnelles. (MATTES RENE / HEMIS.FR / AFP)