Été : travailler dans un village vacances

Animateurs, cuisiniers, personnels d'accueil, ils sont aux petits soins pour des clients venus décompresser quelques jours dans un lieu de rêve

FRANCE 2

Des vacances inoubliables, et une semaine pour déconnecter : c'est la promesse de cet hôtel-club à La Grande Motte (Hérault), l'un des plus grands de France. Ici, 1 500 visiteurs se côtoient chaque semaine pendant tout l'été. À leur service, les saisonniers ; plus de 120 en saison contre dix en hiver. Au centre du succès de ces villages vacances, l'animateur qui permet aux clients de profiter grâce à diverses activités. "Il faut être à fond, toujours avoir le sourire, toujours être agréable", avoue Jérémy Pinon, saisonnier, qui a tout de même reçu une formation spécialisée pour être animateur.

CDI et contrats de 35 heures

Piscine, sports, spectacles, tout est fait pour distraire les clients, et rivaliser avec les concurrents nombreux sur le marché. D'où une sélection importante des employés pour la saison : "Les clients paient pour venir en vacances, on n'a pas le droit à l'erreur", confie Arnaud Touret, directrice du Club Belambra de La Grande Motte, avant de préciser que c'est dans la restauration qu'il est le plus difficile de trouver des personnes compétentes. Avec 500 couverts le midi, et 800 le soir au restaurant, la tâche est vitale. Peu avant le début de l'été, l'hôtel a dû embaucher en urgence un nouveau chef cuisinier après un désistement, on lui a immédiatement proposé un CDI. D'autres collaborateurs du restaurant, eux, se voient recevoir "des contrats de 35 heures avec deux jours de repos hebdomadaire", détaille Christophe Gali-Klein, responsable de la restauration.

Le JT
Les autres sujets du JT
La Grande-Motte (Hérault), le 27 février 2017.
La Grande-Motte (Hérault), le 27 février 2017. (PASCAL LE DOARE / PHOTONONSTOP / AFP)