Cet article date de plus de sept ans.

Bison futé prévoit un samedi rouge sur les routes au niveau national

Vendredi est classé orange. La préfecture du Rhône appelle à la prudence.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'autoroute près de Bordeaux (Gironde), le 13 juillet 2013. (NICOLAS TUCAT / AFP)

Il va falloir faire preuve de patience. Bison futé prévoit "d'importantes difficultés" de circulation dès vendredi 26 juillet. La journée est classée orange dans le sens des départs au niveau national et dans le sens des retours dans le quart sud-est.

En revanche, la journée de samedi est classée rouge au niveau national dans le sens des départs, et dans la moitié sud dans le sens des retours. "Au cours de ce week-end, les flux de circulation seront très importants sur les axes majeurs du pays, quel que soit le sens de circulation", indique Bison futé.

Il précise qu'en plus des "congés d'été qui se poursuivent pour la population scolaire en France, c'est également le début des congés depuis mercredi 24 juillet pour les écoliers britanniques". Samedi, classé rouge dans le sens des départs et orange dans le sens des retours, à l'exception du sud du pays, en rouge, sera "la plus difficile de ces trois journées", prévient Bison futé.

Appel à la prudence de la préfecture du Rhône

Le département du Rhône voit transiter chaque week-end d'été des milliers de voitures en direction du Sud et des plages. La préfecture demande donc, vendredi, aux automobilistes de "faire preuve de prudence, de vigilance et de respecter scrupuleusement les règles de sécurité".

Philip Alloncle, préfet délégué à la sécurité routière, a souligné que les mois de juillet et août étaient particulièrement meurtriers : "Treize morts ont été déplorées en juillet et août 2012, soit le quart des décès constatés dans l'année." La préfecture souligne également que "les cinq décès constatés depuis le début du mois de juillet 2013 confirment cette accidentalité accrue pendant cette période".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.