Cet article date de plus de cinq ans.

Pyrénées : les deux oursons de l'ourse Sorita "probablement" tués par un mâle

Les oursons étaient nés dans les Hautes-Pyrénées dans la tanière de leur mère, laquelle avait été fécondée en Slovénie. Mais plus aucune trace des petits n'a été détectée depuis le 1er mai.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Lâché d'un ourse femelle, le 5 octobre 2018.  (L'OFFICE NATIONAL DE LA CHASSE / AFP)

C'est en suivant par GPS les déplacement de leur mère que les agents de Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) en ont déduit le pire. Les deux oursons de Sorita, l'une des deux ourses slovènes introduites dans les Pyrénées en 2018, sont probablement morts, "sans doute" tués par un ours mâle, a annoncé, mercredi 5 juin, l'ONCFS. La prédation par un ours mâle différent du père génétique n'est pas rare : elle représente 20% des mortalités d'oursons, selon l'Office. 

Les deux oursons étaient nés dans les Hautes-Pyrénées dans la tanière de leur mère fécondée en Slovénie. Mi-avril, les agents de l'ONCFS sur le terrain avaient pu confirmer la présence des bébés à ses côtés. Mais ils n'ont plus détecté de traces des deux petits depuis des empreintes de la famille laissées dans la neige le 1er mai.

Des empreintes d'ours mâle repérées

Dans les jours suivants, Sorita, équipée d'un collier émetteur, "a effectué des déplacements de grande amplitude, avec de forts dénivelés, sur de courtes durées", mouvements "peu compatibles avec les capacités de déplacement limitées d'oursons âgés de quelques mois seulement", selon l'ONCFS. Une enquête de terrain a pu révéler le 8 mai la présence d'un ours mâle adulte aux côtés de Sorita.

"Ces éléments permettent d'avancer l'hypothèse de la disparition des deux oursons de Sorita, sans doute tués au début du mois de mai par un ours mâle présent dans le même secteur", estime l'ONCFS, qui doit encore confirmer cette hypothèse par d'autres investigations. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.