Avec la fonte de la banquise, les ours polaires dépensent plus d’énergie qu’ils n’en stockent

Pendant deux ans, des chercheurs américains ont étudié la capacité de survie des ours polaires de la mer de Beaufort, au nord de l’Alaska, à l’aide de colliers équipés de caméras accrochés sur une dizaine d’individus. Leurs résultats sont inquiétants. 

Voir la vidéo
avatar
Brut.France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Des images inédites montrent le quotidien d'ourses polaires, depuis leur point de vue. On les voit nager, interagir avec d'autres ours, mais surtout chasser le phoque. Publiées dans la revue Science le 2 février dernier, ces vidéos sont le résultat d’une étude menée par des chercheurs américains entre 2014 et 2016. Des colliers GPS équipés de caméras ont été accrochés sur neuf femelles de la mer de Beaufort, au nord de l’Alaska, afin d’étudier la capacité de survie de cette espèce. 

Leurs besoins énergétiques augmentent à mesure que la banquise fond

Résultat de leur enquête : les ours dépensent plus d'énergie que ce que pensaient les scientifiques. Avec la fonte de la banquise, le phoque, qui représente leur principale source de nourriture, se fait plus rare. Pour trouver une proie, ils doivent donc marcher et nager de plus en plus. De fait, leurs besoins énergétiques augmentent.

Une menace qui s'ajoute à d'autres, comme la pollution. En dix ans, entre 25 % et 50 % des ours de la mer de Beaufort ont disparu.

Avec la fonte de la banquise, les ours polaires dépensent plus d’énergie qu’ils n’en stockent
Avec la fonte de la banquise, les ours polaires dépensent plus d’énergie qu’ils n’en stockent (BRUT)