Cet article date de plus de huit ans.

Un Noël 2013 placé sous le signe du grand n'importe quoi

Au lendemain de Noël, francetv info a sélectionné quelques histoires insolites, qui illustrent – ou pas – l'esprit magique de cette fête.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
"Zebra", mascotte de l'équipe locale de football, pose au côté du père Noël, le 21 décembre à Charleroi (Belgique).  (VIRGINIE LEFOUR / BELGA MAG / AFP)

Chaque année, de nombreux pays du monde se mettent en tête de repousser les limites de Noël. Quand l'administration s'autorise quelques blagues complices ou quand l'alcool joue des tours au père Noël... Retour sur ce qui s'est fait de mieux (et de pire) autour de la fête de Noël.

Les rennes de Noël peuvent patûrer gratuitement en Mayenne

Mention spéciale à la commune de Saint-Gemmes-sur-Loire (Maine-et-Loire) qui, chaque année, met un champ à disposition des rennes du père Noël. Cet arrêté insolite, déniché par le quotidien Ouest France, est acté depuis décembre 1999, lorsque le conseil municipal a décidé d'octroyer "à titre exceptionnel et à chaque Noël, la gratuité des pâtures de l'Ile-aux-Chevaux" pour les fameux rennes. "Cette libéralité réservée à un équipage aussi renommé" a été validée par le préfet. Aux dernières nouvelles, ils ne sont jamais venus et seules des vaches occupent les lieux. Ingrats.

Excédée par "Jingle Bells", elle coupe la sono à la pince

Avez-vous déjà essayé d'écouter Jingle Bells dix heures de suite ? Contrainte d'endurer à longueur de journée les traditionnels chants de Noël, une habitante de Rochefort (Charente-Maritime) a craqué. Elle a d'abord ouvert la fenêtre de son appartement, situé dans une rue commerçante, pour attaquer un haut-parleur au balai et au marteau, rapporte le quotidien Sud Ouest, samedi 21 décembre, cité par l'AFP. Faute de réussir à couper la musique, elle s'est emparée de pinces coupantes pour sectionner les fils. Alertés par les commerçants, les policiers ont trouvé porte close mais lui ont glissé une convocation au poste.

Pendant la messe, le prêtre prend une pierre sur le caillou

L'église Notre-Dame-d'Aquilon de Guillestre (Hautes-Alpes) célèbre Noël, mardi 24 décembre. Au moment de la prière universelle, un bloc de pierre se détache du toit et rebondit sur le crâne du prêtre. Onze agrafes sur la tête et "une phalange du gros orteil fêlée" plus tard, Eric Juretig plaisante au micro de RTL : "Mon heure n'était pas venue."

La pierre qui a chuté de 15 mètressur le père Eric Juretig, lors de la messe de Noël en l'église Notre-Dame-d'Aquilon de Guillestre (Hautes-Alpes). (  MAXPPP)

Le père Noël autorisé à survoler les Etats-Unis

Le pays ne badine pas avec la sécurité, surtout quand elle concerne l'espace aérien. Fort heureusement, le père Noël avait été autorisé à survoler les Etats-Unis avec ses rennes. Deux petits jours avant Noël, le ministère de l'Agriculture a en effet accordé un permis d'entrée et de sortie à "Monsieur S. Claus [Santa Claus] du pôle Nord". Son équipage a même été dispensé de tests sanitaires, car le "pôle Nord présente un risque négligeable de maladies pour le cheptel", précise l'administration (en anglais). Et si le père Noël n'a pas été pris en chasse par deux avions F-16, c'est grâce à la Federal aviation administration (FAA), qui a validé l'itinéraire du père Noël (en anglais), "avec des vols plus économes en carburant". Après les fêtes, promis, ils se remettent à bosser.

Réunion de pères Noël ou manif de "bonnets rouges" ?

Une photo de salariés, un bonnet du père Noël vissé sur la tête. Banal, dites-vous ? Sauf quand l'entreprise en question s'appelle Ecomouv'. Initialement chargée de collecter l'écotaxe, elle subit depuis des semaines les foudres du mouvement des "bonnets rouges". Quand la gendarmerie est avertie de cet "attroupement d'une centaine de personnes portant des bonnets rouges", jeudi 19 décembre à Metz (Moselle), elle rapplique donc illico. Et gâche la fête de fin d'année du personnel.

Une dizaine de pères Noël se tabassent sur un carrefour

Attention, ces images peuvent heurter votre foi en Noël. Une dizaine de personnes déguisées en père Noël se frappent en plein cœur de Manhattan, à New York (Etats-Unis), sous les yeux des passants. Cette vidéo, tournée par un riverain et postée sur YouTube, samedi 14 décembre, a rapidement été repérée par le site du quotidien américain Daily News (en anglais). Chaque année, le Santacon propose aux adultes de se déguiser en père Noël avant d'écumer les bars, dans plus d'une centaine de villes. Mais les organisateurs précisent bien (en anglais) de "ne rien faire qui puissent effrayer les enfants". Raté.

Victoria Beckham s'occupe de la déco du sapin

Voilà une décoration du meilleur goût. Victoria Beckham, mannequin et femme d'affaires, a posté sur Twitter cette photographie d'une boule de Noël, jeudi 19 décembre. Elle y apparaît en compagnie de son époux, le footballeur David Beckham, dans un cliché noir et blanc davantage réservé aux mugs qu'à la décoration d'un sapin. Depuis, le footballeur serait tenté de reprendre les crampons pour aller jouer dans un club bolivien. Simple coïncidence ?

La photo de boule de Noël diffusée le 19 décembre sur le compte de Victoria Beckham. (VICTORIA BECKHAM / TWITTER )

Le père Noël abuse de la vodka et fonce dans un mur

Ils devaient faire rêver les enfants. Ils leur ont fait peur. Un homme de 51 ans, grimé en père Noël, et sa femme de 31 ans, déguisée en elfe, avaient prévu de faire une entrée magique sur le marché local d'Ustrzykach Dolnych (Pologne). Mais leur virée a tourné court, rapporte le site britannique du Huffington Post, lundi 23 décembre, photos à l'appui. En état d'ébriété, le couple a zizagué sur la route, avant qu'une voiture ne les klaxonne et effraie leur cheval, précipitant leur traîneau contre un mur. Interrogée, une mère de famille s'est dite "ravie que son enfant n'ait pas rencontré" ce père Noël. On se demande pourquoi.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Noël

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.