Cet article date de plus de sept ans.

Ce Russe rêve d'une autoroute géante reliant Londres à l'Alaska, via Moscou

Vladimir Yakounine a dévoilé un projet pharaonique, face à l'Académie des sciences de Moscou.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Vladimir Yakounine, président de Russian Railways, lors d'une conférence de presse à Moscou (Russie), le 17 décembre 2014. (ANTON DENISOV / RIA NOVOSTI / AFP)

Prendre la voiture à Londres pour gagner l'Alaska, cela vous semble farfelu ? C'est en tout cas l'idée de Vladimir Yakounine, président de Russian Railways, qui a détaillé son projet à Moscou, face à l'Académie des sciences, rapporte The Siberian Times (en anglais). Cette gigantesque route serait doublée d'une ligne de train à grande vitesse. Elle traverserait la Russie sur toute sa largeur – soit 10 000 kilomètres – afin de se connecter aux réseaux déjà existants en Europe et en Asie.

"Un projet inter-Etats, inter-civilisations"

Le promoteur du projet concède qu'un tel projet aurait un coût pharaonique, évalué à trois milliards de dollars environ. Mais il espère des retombées économiques bien supérieures, qui seraient les bienvenues dans des régions sibériennes sinistrées. "C'est un projet inter-Etats et inter-civilisations", a précisé Vladimir Yakounine, ajoutant que "ce projet avait vocation à devenir un centre mondial de l'innovation et devrait reposer sur des technologies de pointe."

Nommée "trans-Eurasian belt Development", cette route moderne serait la première du genre entre le Pacifique et l'Atlantique. Vladimir Yakounine, toutefois, n'a pas précisé comment les automobilistes et les passagers du train pourront traverser le détroit de Béring, qui sépare la Russie et l'Alaska. Bref, ce projet n'est pas tout à fait sur les rails.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Découverte

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.