La Grande-Motte : une ville symbole de la bétonisation et du tourisme de masse

La Grande-Motte (Hérault) est devenue le symbole du tourisme de masse. Dans les années 1980, sa plage et ses immeubles en forme de pyramide ont été immortalisés sur une carte postale. 

France 2

Les immeubles en forme de pyramide, les plaisanciers en nombre sur la plage : voici l'image emblématique de La Grande-Motte (Hérault) et le symbole d'un tourisme de masse qui a triomphé dans les années 1980. Les immeubles qui constituent l'identité de La Grande-Motte sont inspirés des pyramides mayas et sont le résultat d'un chantier titanesque, commencé en 1965 et qui a duré une quinzaine d'années. Cette bétonisaton de la côte méditerranéenne est orchestrée par l'architecte Jean Balladur. 

Une ville qui séduit toujours 

La station balnéaire est construite à l'époque pour retenir en France les touristes qui préféraient à l'époque l'Espagne. Dans les années 1980, La Grande-Motte accueille les vacanciers en masse. De 6 000 habitants l'hiver, la ville en compte à 60 000 l'été. Elle séduit les touristes en même temps qu'elle horrifie certains amateurs d'architecture contemporaine. Aujourd'hui, la station balnéaire compte 120 000 habitants l'été et les pyramides font désormais le bonheur des photographes. 

Le JT
Les autres sujets du JT
La plage de la Grande-Motte, en région Occitanie, le 1er août 2018.
La plage de la Grande-Motte, en région Occitanie, le 1er août 2018. (PASCAL GUYOT / AFP)