Cet article date de plus de neuf ans.

Le camping des Eurockéennes élit son maire

Le festival des Eurockéennes de Belfort vient d'élire le maire de son camping. À 21 ans, Jean-François Érard devient pour trois jours l'édile d'une "vraie petite ville" de 16.000 habitants. La 24e édition du festival rock commençait hier vendredi.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Il déambule sur le site du festival des Eurockéennes en short, tongs, son chapeau de paille vissé sur la tête et... l'inévitable écharpe tricolore : c'est le maire du camping belfortain. Élu avec 950 voix sur 5.000 exprimées, Jean-François Érard est à la tête des 16.000 festivaliers qui campent sur la presqu'île de Malsaucy près de Belfort.

Cette élection potache part finalement d'une blague des organisateurs :

"À force de dire qu'avec 16.000 personnes, le camping des Eurocks devient la deuxième ville du Territoire-de-Belfort, nous avons décidé de jouer le jeu jusqu'au bout en élisant un maire."

En avance technologique sur les élections "classiques", les responsables du festival avaient décidé d'organiser l'élection sur Internet. Par l'intermédiaire du réseau social Facebook, les 30 candidats dont Jean-François Érard — étudiant à Lyon et fidèle du festival — ont fait campagne. Une campagne plutôt orientée vers la bière et la "bonne humeur" , concède le jeune maire.

"Aucune obligation, que des privilèges"

Les missions du maire sont plutôt claires, définies par Jean-Paul Roland (directeur du festival) : "Aucune obligation, que des privilèges." L'intéressé est manifestement ravi de l'étendue de ses pouvoirs : "Ça me va très bien."

Pour pouvoir exercer sa fonction dans les meilleures conditions, il reçoit toute une collection de pass VIP, avec les conseils du directeur du festival : "Alors celui-là, tu ne le perds pas, c'est le pass qui te permet d'aller à l'espace du Conseil général, c'est là qu'il y a le plus de pots."

 

De jeunes Suisses venus en voisins au festival expliquent qu'ils sont "surtout venus aux Eurockéennes pour l'ambiance, tout le monde dit qu'elle est géniale. Il faut absolument aller au camping" . En bon communicant, le tout nouveau maire confirme : "Quand on a connu le camping, on ne conçoit pas les Eurocks sans. C'est un autre monde qui nous coupe de tout le reste et lance le début de l'été." Enfin au moins jusqu'à la fin de son mandat, dimanche soir.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Bizarre

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.