Cet article date de plus de dix ans.

Avez-vous l'âge d'être heureux ?

Selon une étude britannique, 23 ans et 69 ans sont les âges les plus heureux de la vie. 

Article rédigé par Marie-Adélaïde Scigacz
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Selon une étude britannique, on est plus heureux à 23 ans et à 69 ans. (GETTY IMAGES )

Si vous avez 23 ans ou 69 ans, profitez-en ! Selon une étude (en anglais) du Centre for Economic Performance de la London School of Economics, relayée lundi 22 juillet par le site du magazine Time (en anglais), la courbe du bonheur a la forme d'un U : si nous sommes le plus épanouis à l'âge de 23 ans, notre moral décline lentement jusqu'à la cinquantaine. Là, les choses s'arrangent peu à peu et nous retrouvons notre moral au top à l'âge de 69 ans (mais attention au déclin passé 75 ans).

L'étude qui a permis d'identifier cette tendance a été conduite sur 23 161 personnes, âgées de 17 à 85 ans. Ce phénomène de courbe en U s'observe d'ailleurs partout dans les pays développés, quels que soient le sexe et le profil socio-économique des personnes interrogées. Selon l'étude, ce phénomène s'explique par notre tendance à mal évaluer l'avenir.

Le bien-être, une question de point de vue 

"Jeunes, les gens surestiment leur niveau de satisfaction à venir, tandis que les plus âgés le sous-estiment." Avec l'âge, les personnes "revoient leurs ambitions à la baisse, ce qui augmente leur bien-être réel", explique l'étude.  

Ce rapport rappelle notamment que des études en neurosciences ont démontré que les humains ont tendance à surestimer la probabilité que des évènements positifs se déroulent dans leur vie. A l'inverse, ils minimisent la probabilité de traverser des moments difficiles, explique l'étude. "Cela pourrait expliquer biologiquement pourquoi les attentes en termes de satisfaction sont trop optimistes durant la plus grande partie de la vie d'adulte, avant de s'ajuster lentement au fil de la vie."

"Cela ne nous dit pas pourquoi les attentes restent stables passé la cinquantaine tandis que la satisfaction réelle augmente", ajoutent les chercheurs. La sagesse, peut-être ? Ou une simple question de tempérament ? Une autre étude récente, publiée cette fois par le Journal of Research in Personality, a démontré que les jeunes adultes extravertis et émotionnellement stables donnaient des retraités plus épanouis que les autres, rapporte Time.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.