Cet article date de plus de deux ans.

Violences le 1er-Mai : sept suspects mis en examen et placés sous contrôle judiciaire

Une information judiciaire pour "dégradation en réunion" et "participation à un groupement formé en vue de commettre des violences et des dégradations" avait été ouverte vendredi.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Affrontements lors des manifestations à Paris, le 1er mai 2018.  (JULIEN MATTIA / LE PICTORIUM / MAXPPP)

L'enquête progresse après les violents affrontements qui ont agité la manifestation du 1er-Mai à Paris. Sur les 34 personnes déférées au parquet de Paris jeudi 3 mai, sept ont été présentées à un juge d'instruction dans le cadre de l'information judiciaire ouverte vendredi. Ils ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire, a appris franceinfo par le parquet de Paris samedi 5 mai.

Les sept suspects ont été mis en examen pour "participation à un attroupement formé en vue de commettre des violences ou des dégradations" et "dégradations en réunion". Et quatre également pour "refus de se soumettre a prise d'empreinte ou prélèvement ADN". Le parquet fera appel des placements sous contrôle judiciaire lundi car il avait requis des mandats de dépôt contre tous.

Les affrontements à Paris pendant la manifestation du 1er-Mai ont opposé les blacks blocs aux forces de l'ordre. Les dégâts matériels sont jugés "significatifs" par le préfet de police de Paris. Michel Delpuech a chiffré les dégâts "en centaines de milliers d'euros". Il a assuré "qu'il y avait assez de policiers" et qu'il "n'a pas tardé" à leur donner l'ordre d'agir. De son côté, la CGT avait accusé le gouvernement de complicité.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.