Raphaël Glucksmann empêché de manifester : le patron du PS dans la Loire accuse la députée LFI locale d'avoir "dirigé les militants" vers la tête de liste PS-Place publique

L'élue LFI Andrée Taurinya doit "assumer ses actes plutôt que d'essayer de se défiler", dénonce le conseiller régional socialiste Johann Cesa, invité jeudi sur France Bleu Saint-Etienne Loire.
Article rédigé par franceinfo - avec France Bleu Saint-Etienne Loire
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
La tête de liste PS-Place publique aux européennes, Raphaël Glucksmann, aux abords de la manifestation du 1er-Mai à Saint-Étienne (Loire). (VERO MARTIN / HANS LUCAS)

"On était très nombreux à la voir diriger les jeunes militants vers nous", témoigne jeudi 2 mai sur France Bleu Saint-Étienne Loire le patron du PS dans la Loire, Johann Cesa, qui accuse la députée de La France insoumise (LFI) Andrée Taurinya d'être derrière l'éviction de la tête de liste PS-Place publique aux européennes, Raphaël Glucksmann, de la manifestation du 1er-Mai à Saint-Étienne (Loire).

Pris à partie mercredi par quelques dizaines de manifestants, le candidat social-démocrate a été exfiltré du cortège stéphanois et a aussitôt pointé du doigt LFI. Pour le conseiller régional socialiste, l'élue LFI Andrée Taurinya doit "assumer ses actes plutôt que d'essayer de se défiler". "Il y a, en plus, un de ses adhérents qui était candidat aux élections législatives qui a assumé publiquement à la télévision", rappelle-t-il, faisant référence au témoignage sur LCI d'un Insoumis local qui a revendiqué, drapeau LFI en main, "avoir fait partie de ceux qui ont expulsé" l'essayiste du cortège.

De "nombreux messages" des "camarades communistes"

Pour autant, Johann Cesa croit encore à une union locale de la gauche "pour qu'on puisse gagner des prochaines communes dans la Loire". Si les Jeunes communistes de la Loire ont reconnu avoir "contribué à cette action, comme d'autres organisations", le patron du PS local veut plutôt retenir "les nombreux messages" qu'il a reçus des "camarades communistes". "Qu'une cinquantaine de jeunes énergumènes nous empêchent de manifester, c'est une chose, mais moi ce que je retiens, ce sont plutôt ces militants communistes qui passent leur temps, leur vie à œuvrer pour leur idéal. On va garder ça en tête pour eux, pour les années à venir", a-t-il ajouté.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.