Cet article date de plus de deux ans.

Manifestation du 1er-Mai : dix mois de prison ferme pour la femme qui avait agressé un pompier à Paris

La femme de 38 ans a également été condamnée à un an d'interdiction de manifester et à verser 700 euros au pompier. Ses avocats ont annoncé qu'elle avait fait appel.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un pompier lors des manifestations du 1er-Mai à Paris, le 1er mai 2022. (BERTRAND GUAY / AFP)

La femme de 38 ans interpellée après l'agression d'un sapeur-pompier de Paris dans la capitale lors du défilé du 1er-Mai, a été reconnue coupable, mercredi 1er juin. Jugée en comparution immédiate à Paris, elle a été condamnée, en son absence, à dix mois d'emprisonnement et à un an d'interdiction de manifester. Elle devra verser 700 euros au pompier au titre du préjudice moral, et un euro au préfet de police.

La prévenue a fait appel, ont indiqué ses avocates, Ainoha Pascual et Alice Becker. Sur les vidéos prises lors de la manifestation du 1er-Mai diffusées sur les réseaux sociaux, on voit la trentenaire, casque orange sur la tête, tenter d'arracher la lance à incendie d'un pompier en train d'éteindre un feu allumé par des manifestants. Après plusieurs essais infructueux, elle lui assène deux coups sur le casque avant d'être maîtrisée. Elle a été interpellée une heure plus tard

"On va vous défoncer comme en 2019 !"

"Elle était déterminée", elle a "passé ses bras autour de moi et ma lance et elle ne voulait pas lâcher", a déclaré devant le tribunal correctionnel le sapeur-pompier, qui tentait au moment des faits d'éteindre un feu qui risquait de se propager à un immeuble d'habitation. "Elle m'a dit à plusieurs reprises : 'On va vous défoncer comme en 2019'", en référence aux manifestations du mouvement des "gilets jaunes", a dit le pompier. 

Cette mère isolée, déjà condamnée en 2018 pour des faits de violences, ne s'est pas présentée devant le tribunal. Le 4 mai, très éprouvée, souvent en larmes, elle s'était présentée à l'audience comme "salariée CDI formatrice dans le domaine de l'hygiène" après avoir été "aide-soignante pendant le Covid". Ses avocats ont fait valoir sa fragilité psychologique et des crises d'angoisse, et ont demandé le renvoi de l'audience de fond, rejeté par le président.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.