"Le 1er-Mai, c'est le 14-Juillet des syndicats"

Stéphane Sirot, historien spécialiste du syndicalisme, est l'invité du Grand Soir 3 ce lundi 1er mai.

France 3

Les échauffourées en marge des manifestations sont "un problème" pour les syndicats, estime Stéphane Sirot dans le Grand Soir 3.

Les syndicats, qui appellent à voter Emmanuel Macron, "sont minoritaires (UNSA et CFDT), tous les autres, même la CFTC et la CGC, appellent à faire barrage au FN. Il faut y voir les stigmates d'une histoire politique récente, notamment la loi Travail, la loi Macron, l'ouverture des magasins le dimanche, qui a créé tout un contentieux", explique cet historien spécialiste du syndicalisme.

"Des dissensions durables"

"On peut penser que ces dissensions seront durables entre les syndicats et aussi vis-à-vis d'Emmanuel Macron s'il est élu", ajoute-t-il.

Le 1er mai chômé et férié a été institué il y a 70 ans. "C'est un marqueur historique, le 14 juillet des organisations syndicales", conclut Stéphane Sirot.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le 1er mai est traditionnellement un jour de manifestations pour défendre les droits des travailleurs. C\'est aussi le jour où l\'on s\'offre du muguet. Image d\'illutsration 
Le 1er mai est traditionnellement un jour de manifestations pour défendre les droits des travailleurs. C'est aussi le jour où l'on s'offre du muguet. Image d'illutsration  (BORIS HORVAT / AFP)