1er-Mai : plus de 106 000 manifestants en France selon l'Intérieur, 150 000 selon la CGT

En 2019, le ministère de l'Intérieur avait comptabilisé 164 000 manifestants et la CGT, 310 000.

Des personnes manifestent à Lyon, le 1er mai 2021.
Des personnes manifestent à Lyon, le 1er mai 2021. (JEFF PACHOUD / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Du muguet et des manifestations masquées. Pour la deuxième année consécutive, les syndicats ont célébré, samedi 1er mai, la journée internationale des travailleurs à l'aune du Covid-19. Cette fois, la mobilisation sociale a repris des airs classiques dans la rue. La CGT avait appelé, avec FO, la FSU et Solidaires, à faire du 1er-Mai une "journée de mobilisation et de manifestations" "pour l'emploi, les salaires, les services publics, la protection sociale, les libertés et la paix dans le monde". Cette journée de manifestations a réuni plus de 110 000 personnes dans 281 cortèges, selon le ministère de l'Intérieur, et 150 000 selon la CGT. Suivez notre direct.

Une mobilisation en demi-teinte. Les bilans communiqués par les autorités et la CGT témoignent d'un repli par rapport aux précédentes éditions du quinquennat d'Emmanuel Macron : la placeau Beauvau avait fait état de 164 000 manifestants en 2019, 143 500 en 2018 et 142 000 en 2017. Le syndicat avait recensé 310 000 participants en 2019, 210 000 en 2018 et 280 000 en 2017.

Un cortège au ralenti à Paris. Des tensions avec les forces de l'ordre ont émaillé la manifestation parisienne après le départ, au point de bloquer l'avancée du cortège pendant deux heures. "Un avant-cortège composé d'éléments radicaux a bloqué la progression du reste du cortège, a affirmé la préfecture de police. Les forces de l'ordre sont intervenues pour faire en sorte que la manifestation intersyndicale parisienne avance." La manifestation a pu reprendre après 16h30 et l'arrivée a eu lieu en début de soirée. Les autorités ont recensé 17 000 manifestants, contre 25 000 selon la CGT.

Quarante-six interpellations à Paris et des affrontements à Lyon. En début de soirée, le ministère de l'Intérieur a fait état de 46 interpellations dans la capitale et 10 dans le reste du pays. A Lyon, les forces de l'ordre ont dû intervenir pour disperser "un groupe de 200 personnes" en tête du cortège qui "faisait usage de mortiers à l'encontre des policiers", a rapporté la préfecture, faisant état d'un total de 3 000 manifestants. Les affrontements ont fait 27 blessés parmi les forces de l'ordre, selon le préfet. L'Intérieur n'a recensé que six policiers blessés dans toute la France, dont trois à Paris.

La CGT et FO côte à côte. Dans la capitale, le cortège est parti vers 14h30 de la place de la République en direction de celle de la Nation, à l'appel des quatre organisations syndicales et des mouvements de jeunesse Unef et UNL. Le numéro un de la CGT, Philippe Martinez, et son homologue de FO, Yves Veyrier, ont défilé côte à côte. 

 Des défilés dans de nombreuses autres villes. Un cortège a défilé à Lille (Nord), où le député de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon était présent. "Je souhaite que le 1er mai 2022, je puisse revenir vous voir comme président de la République !", a lancé le leader de La France insoumise, devant quelques milliers de personnes. A Marseille (Bouches-du-Rhône), environ 3 500 manifestants ont défilé, selon la préfecture. A Bordeaux (Gironde), la police a fait état de 1 600 participants, contre 4 500 selon les syndicats. Le point région par région dans cet article.

 Marine Le Pen a rendu hommage à Jeanne d'Arc. La présidente du Rassemblement national a déposé samedi matin une gerbe de fleurs en hommage à Jeanne d'Arc place des Pyramides, à Paris, une tradition du 1er-Mai des responsables du RN. Dans une courte déclaration, elle a ensuite estimé qu'une éventuelle réélection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République conduirait à un "chaos (qui) serait absolument général", après un premier mandat "de violences".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #1ER_MAI

22h20 : Des échauffourées ont eu lieu en marge d'une manifestation du 1er-mai à Berlin, en Allemagne. En début de soirée, de brefs incidents ont opposé des manifestants et les forces de l'ordre.
(KAY NIETFELD / DPA / dpa Picture-Alliance via AFP)

21h53 : Un sapeur-pompier de Paris a été agressé par un manifestant alors qu'il intervenait pour éteindre un début d'incendie, assurent sur Twitter les Pompiers de Paris. Toujours sur le réseau social, le directeur général de la Sécurité civile a dit condamner "avec fermeté" cette "agression".

21h43 : Cette année, les traditionnelles manifestations du 1er-Mai ont été l’occasion pour les forces politiques de tous bords de mener campagne, à moins d’un an de l’élection présidentielle de 2022. Jean-Luc Mélenchon à Lille, Yannick Jadot en Savoie, Marine Le Pen à Paris... Voici le reportage de France 3.

20h13 : "Il faut que les organisations syndicales s'unissent". Voici le message passé en ce 1er-Mai par Philippe Martinez. Interrogé par franceinfo à l'issue de la manifestation parisienne, le secrétaire général de la CGT a déclaré que l'union syndicale doit se faire "sur l'augmentation des salaires pour les deuxièmes lignes" et "contre la réforme de l'assurance chômage."

Philippe Martinez (au centre), secrétaire général de la CGT, lors du défilé parisien du samedi 1er mai 2021. (ALAIN JOCARD / AFP)(ALAIN JOCARD / AFP)

19h52 : Des dizaines de milliers de manifestants à Reims (Marne), Lille (Nord), Lyon (Rhône), ou encore à Paris, ont fêté avec enthousiasme le retour des défilés du 1er-Mai. France 3 a fait un petit tour de France des mobilisations.

19h47 : Qu'importe la pandémie. Plusieurs milliers de Brésiliens ont participé à des manifestations de soutien au président d'extrême droite Jair Bolsonaro, au mépris de toute distanciation physique, dans plusieurs grandes villes du pays. Alors que le pays est en proie à une vague de contamination, l'opposition avait pour sa part prévu de célébrer le 1er-mai de façon virtuelle.

(Ettore Chiereguini / AGIF / AGIF via AFP)

19h32 : Dans les Hauts-de-France, PS, PRG, Insoumis, communistes, Génération.s, Génération écologie et Place publique se sont unis derrière l'eurodéputée verte Karima Delli, face au président sortant Xavier Bertrand pour les régionales. A Lille à l'occasion du 1er-mai, la tête de liste a pris la pose avec le maire de Grenoble, Eric Piolle, Sandrine Rousseau, candidate déclarée à la primaire ouverte des écologistes, et le fondateur de Génération.s, Benoît Hamon. Une photo qui devrait faire tilt dans la tête des mélomanes.

19h28 : Plus de 106 000 personnes dans la rue, selon le ministère de l'Intérieur, 150 000 selon la CGT. Ces deux estimations témoignent d'une baisse du nombre de manifestants par rapport à 2019. Cette année là, le ministère de l'Intérieur faisait état de 164 000 manifestants contre 310 000 selon la CGT.

19h27 : Pour rappel, la CGT avait annoncé il y a quelques minutes que plus de 150 000 manifestants ont défilé en France à l'occasion de ce 1er-Mai syndical.

19h25 : Le ministère de l'Intérieur fait état de 56 interpellations, dont 46 à Paris.

19h25 : Le ministère de l'Intérieur annonce le chiffre de 106 650 manifestants, dont 17 000 à Paris, à l'occasion de ce 1er-mai.

19h18 : Merci @Kat ! Permettez-moi de le partager avec tous nos lecteurs ce soir !

19h18 : Quelques brins de bonheur pour toute l'équipe de France Info !

18h57 : Ce nombre de manifestants est en baisse par rapport à celui annoncé par le syndicat à l'issue de la mobilisation de 2019. Cette année-là, le syndicat faisait état de 310 000 personnes dans les rues. En 2020, la pandémie de Covid-19 n'avait pas permis la tenue des manifestations du 1er-Mai.

18h56 : Selon les chiffres de la CGT, plus de 150 000 manifestants ont défilé en France à l'occasion de ce 1er-Mai syndical.

18h48 : A l'occasion de ce 1er-Mai, les syndicats manifestent aussi dans les outre-mer. C'est le cas dans les rues de Fort-de-France, où le défilé est autorisé malgré le confinement de rigueur en Martinique, rapporte Martinique La 1ère. Les travailleurs de la santé sont notamment venus défendre "la qualité et la sécurité des soins" de l’hôpital public, tandis que des banderoles alertaient sur l'empoisonnement au chlordécone et l'utilisation du glyphosate dans les sols martiniquais. Défilé de la CGTM 1er MaiCGTM santé(CORINNE JEAN-JOSEPH / MARTINIQUE 1ERE)

18h31 : Dans le cortège parisien, des manifestants hors syndicats ont jeté des projectiles contre des fourgons CGT, selon des journalistes sur place.

17h19 : Alors que le cortège parisien repart lentement après de longues minutes d'immobilisation, la préfecture de police fait état de 34 arrestations dans la capitale. Le ministre de l'Intérieur a salué sur Twitter l'action des policiers en ce 1er-Mai.

17h18 : "L'union nationale sera possible le jour où ces messieurs ne se regarderont pas le nombril et regarderont les gens qui ont besoin d'eux (...) Mais pour ça, il faut que chacun ne dise pas : 'Je suis pour l'union de la gauche mais derrière moi'. Ca, ça ne marche pas".

Interrogée sur la question d'une union de la gauche au niveau national lors du défilé lillois du 1er-Mai, l'ancienne première secrétaire du Parti socialiste a souhaité envoyer un "message aux égos". Dans les Hauts-de-France, PS, PRG, Insoumis, communistes, Génération.s, Génération écologie et Place publique se sont unis derrière l'eurodéputée verte Karima Delli, face au président sortant Xavier Bertrand.

16h21 : Le cortège est toujours bloqué à Paris. Selon les images de franceinfo, des manifestants s'en prennent à une agence bancaire, tandis que les policiers pourraient bientôt intervenir. Suivez notre direct.

16h28 : En Turquie, difficile de descendre dans la rue en ce 1er-Mai. La police turque a arrêté plus de 200 personnes qui essayaient de défiler à Istanbul, malgré une interdiction de manifester édictée pour cause de pandémie de Covid-19. Les manifestants ont été arrêtés alors qu'ils tentaient de rejoindre la place Taksim, lieu habituel de contestation, selon l'AFP.

15h39 : Le préfet de police "M. Lallement joue la provocation comme à chaque fois, les forces de l'ordre sont de plus en plus au contact", regrette sur franceinfo Olivier Besancenot, porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste, dans le défilé parisien.



(FRANCEINFO)

15h19 : Les charges des forces de l'ordre continuent, en tête du cortège parisien, indique un journaliste de France Télévisions sur place, après des jets de projectiles contre des policiers. Ce dernier précise que du gaz lacrymogène a été utilisé.

15h07 : Notons néanmoins que, pour l'instant, ces défilés du 1er-Mai sont plus calmes que ceux de 2019 (l'année dernière, le confinement avait empêché les traditionnels défilés). A Lyon et à Nantes, de brèves tensions ont éclaté entre certains manifestants et les forces de l'ordre. Et à Paris, 17 personnes avaient été interpellées à 14h20, contre plusieurs dizaines en 2019.

15h01 : La tête du cortège parisien a été arrêtée, boulevard Voltaire, une demi-heure après son départ. Les forces de l'ordre ont procédé à "quelques charges contre des groupes hostiles" après des "jets de pétards" et de "bouteilles" sur les forces de l'ordre, indiquent deux journalistes de France Télévisions sur place.

14h57 : "On milite contre la réforme de l'assurance-chômage. On est en pleine pandémie, et le fait de vouloir éjecter plus d'1,5 million de personnes en dehors de l'assurance-chômage me semble une faute gravissime."

Le secrétaire national d'EELV, Julien Bayou, présent dans la manifestation parisienne, a confirmé sur BFMTV que le mot d'ordre de la journée était "social". Le nouveau mode de calcul des indemnités sera défavorable à ceux enchaînant contrats courts et périodes de chômage.

14h37 : Dans les cortèges, les revendications étaient variées selon des journalistes sur place, la contestation de la réforme de l'assurance-chômage revenant de façon récurrente.

14h42 : Faisons un point sur les revendications des manifestations du jour. La CGT a appelé, avec FO, la FSU et Solidaires, à faire du 1er-Mai une "journée de mobilisation et de manifestations" "pour l'emploi, les salaires, les services publics, la protection sociale, les libertés et la paix dans le monde".

14h32 : Le cortège syndical parisien, rejoint par des "gilets jaunes", s'est élancé il y a quelques minutes de la place de la République. Il doit rejoindre la place de la Nation.(ALAIN JOCARD / AFP)

14h19 : Dix-sept interpellations avaient eu lieu à Paris, à 14h20, en lien avec les manifestations du 1er-Mai, indique la préfecture de police, qui ne donne pas plus d'informations. Le cortège syndical ne devrait plus tarder à s'élancer de la place de la République.

14h17 : En Turquie, la police a arrêté au moins 100 personnes qui essayaient de défiler pour le 1er-Mai à Istanbul, malgré une interdiction de manifester édictée pour cause de pandémie de Covid-19.

13h57 : Le maire EELV de Grenoble, Eric Piolle, publie sur Twitter une photo de plusieurs responsables de gauche, dont la candidate EELV à la présidente de la région Hauts-de-France, Karima Delli, lors de la manifestation du 1er-Mai à Lille. Dans cette région, EELV, PS, PRG, Insoumis, communistes, Génération. s, Génération écologie et Place publique partiront unis dès le premier tour.

13h42 : "Il faut changer radicalement de politique. (...) Il faut que le 'quoi qu'il en coûte' ça aille aux citoyens, aux services publics, à l'hôpital, à augmenter les salaires et à (...) faire revenir du boulot dans notre pays."

Le patron de la CGT a accordé quelques mots aux journalistes, place de la République à Paris, d'où le cortège syndical doit s'élancer d'ici une vingtaine de minutes.

13h37 : Alors que le cortège syndical doit s'élancer à Paris, d'autres marches sont déjà terminées, comme à Lyon ou à Lille, où l'arrivée des manifestants se fait en musique, notent des journalistes sur place.

12h54 : Un cortège de quelques centaines de "gilets jaunes" s'est élancé depuis la place du Maréchal-Juin à Paris, en fin de matinée, aux cris de "Macron démission". Les manifestants rejoindront ensuite le cortège de l'intersyndicale, qui partira lui à 14 heures de la place de la République.

12h53 : Les résidents des Ehpad de Loire-Atlantique, département où est récoltée 90% de la production de muguet, vont recevoir 34 000 brins de la fleur symbole du 1er-Mai, a annoncé le Conseil départemental. Un geste conçu comme "un symbole de bonheur et d'espérance" pour eux, mais qui doit aussi soutenir "les artisans fleuristes" touchés par le confinement.(SEBASTIEN SALOM-GOMIS / AFP)

11h49 : A Lyon, les forces de l'ordre ont dû intervenir pour disperser "un groupe de 200 personnes" en tête du cortège, qui "faisait usage de mortiers à l'encontre des policiers", indique la préfecture sur Twitter. Le compte du média Lyon Mag publie une vidéo de l'affrontement.

11h44 : "Il ne restera du mandat d'Emmanuel Macron que cette impression de désunion, de destruction."


Un 1er-Mai sous le signe de l'élection présidentielle. Ce matin, Marine Le Pen a jugé que la réélection éventuelle d'Emmanuel Macron en 2022 conduirait à un "chaos (qui) serait absolument général". Voici ce qu'a dit la candidate pour le Rassemblement national.