VIDEO. "Le but, c'est de résister à un pouvoir" : à la veille d'un 1er-Mai sous tension, un black bloc témoigne

France 3 a rencontré un casseur, membre de ce que l'on appelle les "black blocs", à la veille de la manifestation du 1er mai.

Il y a un an, le défilé du 1er-Mai avait été marqué par les images d'individus vêtus de noir en tête de cortège, prêts à en découdre avec les forces de l'ordre. Pour France 3, l'un d'entre eux témoigne. "Dans cette manifestation, on a fait à peine 500 mètres, les lances à eau ont été balancées rapidement, de l'autre côté le MacDonald's s'est fait exploser... C'est un événement assez marquant", explique-t-il.

Des violences assumées

Aujourd'hui salarié, il continue à se mobiliser certains weekends aux côtés des "gilets jaunes". Il était là le 1er décembre quand l'Arc-de-Triomphe a été vandalisé et cautionne la violence. Seuls les plâtres ont selon lui été cassés, "si ça avait été les vraies statues, est-ce que j'en aurais eu quelque chose à faire ? Je ne pense pas", insiste-t-il. Il ajoute : "Je ne suis pas attaché au patrimoine français, pour moi ça a très peu de valeur comparé à d'autres choses qui peuvent être cassées, comme des vies." Au fil de l'entretien, l'individu confie s'en être déjà pris à des policiers et à du mobilier urbain. Mercredi, le jeune homme pourrait être présent auprès des manifestants. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants cagoulés à Paris, sur les Champs-Elysées, le 16 mars 2019. 
Des manifestants cagoulés à Paris, sur les Champs-Elysées, le 16 mars 2019.  (KARINE PIERRE / HANS LUCAS / AFP)