1er-Mai : que va décider la justice pour les casseurs présumés ?

Le journaliste Dominique Verdeilhan se trouve en direct du palais de justice de Paris où plusieurs membres présumés du rassemblement des black blocs comparaissaient ce vendredi 4 mai.

France 2

Accusés de violences en marge du 1er-Mai, plusieurs membres présumés du rassemblement des black blocs comparaissaient ce vendredi 4 mai au palais de justice de Paris. "Sur les 102 gardés à vue de mardi soir, 7 ont été présentés à un juge en vue d'une probable mise en examen, 14 ont fait l'objet d'un rappel à la loi et 18 devaient être jugés en comparution immédiate", détaille le journaliste Dominique Verdeilhan en direct du palais de justice de Paris.

Trois personnes relaxées aujourd'hui

La plupart des personnes concernées a demandé et obtenu le renvoi de leur procès à la fin du mois de mai, afin de préparer leur défense. "Les trois qui ont été jugés cet après-midi ont été relaxés des faits de violence et de dégradation. Pas d'éléments probants, pas d'éléments matériels. Il faut dire que, depuis hier, on voit plutôt défiler devant nous des étudiants inconnus des services de police et de justice. Ils reconnaissent avoir participé à la manifestation. Ils contestent, en revanche, être des casseurs et être membres des black blocs", rapporte le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Affrontements lors des manifestations à Paris, le 1er mai 2018. 
Affrontements lors des manifestations à Paris, le 1er mai 2018.  (JULIEN MATTIA / LE PICTORIUM / MAXPPP)