Explosion sur le Dakar : "Je ne sais pas quand je pourrai remarcher", témoigne le pilote Philippe Boutron, grièvement blessé

Le pilote, grièvement blessé lors de l'explosion de son véhicule d'assistance sur le Dakar, témoigne jeudi auprès de France Bleu Orléans.

Article rédigé par
France Bleu Orléans - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La voiture de Philippe Boutron lors du rallye du Maroc, le 10 octobre 2021. (FREDERIC LE FLOC'H / DPPI)

"Je ne sais pas quand je pourrai remarcher", témoigne jeudi 27 janvier sur France Bleu Orléans le pilote Philippe Boutron, grièvement blessé aux deux jambes lors de l'explosion de son véhicule d'assistance le 30 décembre dernier juste avant le départ du Dakar 2022. Le Parquet national antiterroriste (Pnat), avait ouvert une enquête préliminaire le 4 janvier.

Rapatrié le 3 janvier de Djeddah, en Arabie saoudite, et aujourd'hui hospitalisé à l'hôpital militaire Percy de Clamart (Hauts-de-Seine), Philippe Boutron raconte le "choc" de l'explosion : "La bombe a été mise sous le plancher et j'ai pris le plancher dans les jambes." Le pilote est resté conscient après l'explosion avant d'être placé dans un coma artificiel de trois jours et d'être rapatrié en France.

"J'ai aujourd'hui deux greffes sur chaque jambe", ajoute-t-il et explique que "l'amputation a été évoquée". Il s'estime cependant heureux car "la situation s'améliore", avant une troisième opération lundi 31 janvier. "Mes jambes sont sauvées et ça, c'est essentiel", se satisfait Philippe Boutron. "Je suis très bien entouré et j'ai eu énormément de messages de soutien et ça, je peux vous dire que pour le moral, c'est quelque chose de très important."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Rallye raid Dakar 2022 (ex Paris - Dakar)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.