Cet article date de plus de six ans.

Vidéo "13h15". Hergé : "J'ai mangé du bolchevique chaque semaine grâce à Tintin"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
13h15 le samedi. Hergé : "J'ai mangé du bolchevique chaque semaine grâce à Tintin"
Article rédigé par
France Télévisions

Quand Hergé arrête ses études après le lycée, les scouts le font embaucher au journal catholique et nationaliste "XXe Siècle". Son directeur, l’abbé Wallez, a eu une grande influence sur le jeune créateur de Tintin… Extrait de "13h15 le samedi".

L’enfance de Georges Remi, dit Hergé, n’a pas été toute rose. Alors pour fuir la grisaille, le futur créateur de Tintin crayonne des histoires sur ses cahiers d'écolier. Un peu plus tard, il s’évade enfin avec le scoutisme… C’est dans ces camps de jeunesse que naît l’ancêtre du petit reporter : Totor, chef de patrouille, qu’il dessine pour une revue scoute… 

Les scouts lui trouvent plus tard une place au service des abonnements du journal catholique et nationaliste XXe Siècle. Son directeur, l’abbé Wallez, va changer le cours de la vie du jeune homme qui a arrêté ses études après le lycée. Il "a eu une grosse influence sur moi. Maintenant, je m’en aperçois. C’est lui qui m’a fait prendre conscience de moi-même", reconnaît Hergé dans une archive sonore.

L’abbé Wallez, admirateur de Mussolini…

L’homme d’Eglise et de presse a pris Georges Remi sous sa coupe. Celui qui le marie même à sa secrétaire a repéré les talents de dessinateur de son employé. "Il y a chez l’abbé Wallez une dimension très réactionnaire. Admirateur de Mussolini, il flirte avec des idées d’extrême droite. Il y a aussi une dimension très moderne : il croit à l’image. Avec un supplément pour enfants et une histoire dynamique en images, il se dit qu’on pourra faire passer des messages", explique le biographe Benoît Peeters.

"Au début, il y a certainement chez Wallez l’idée d’instrumentaliser Hergé en lui disant 'Tu vas envoyer Tintin pourfendre les communistes'… Et effectivement, les lecteurs le lisent. Donc, l’idée de Wallez est bonne", précise-t-il. Quant à Hergé, il dira plus tard avec un grand sourire en évoquant cette période : "J'ai mangé du bolchevique chaque semaine grâce à Tintin."

> A savoir : exposition Hergé au Grand Palais, à Paris, jusqu'au 15 janvier 2017.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.