Cet article date de plus d'onze ans.

Un documentaire sur l'autisme interdit après des plaintes de psychanalystes

Les praticiens, interrogés dans le film "Le Mur", reprochent à l'auteure d'avoir tronqué leurs interviews. Le tribunal de Lille leur a donné raison, estimant que "le sens de leurs propos avait été dénaturé".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un enfant autiste scolarisé dans une école maternelle d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), en 2008. (JOEL SAGET / AFP)

Le film controversé sur l'autisme Le Mur a été interdit "en l'état", jeudi 26 janvier, après une plainte de certains psychanalystes interrogés dans ce documentaire. Les praticiens reprochent à son auteure d'avoir tronqué leurs interviews pour prouver "l'absurdité" de l'approche de cette maladie par la psychanalyse. Le film vante au contraire des méthodes dites "comportementalistes".

Le tribunal de Lille a "constaté que les extraits d'interviews" des psychanalystes de renom "Esthela Solano-Suarez, Eric Laurent et Alexandre Stevens (...) portent atteinte à leur image et à leur réputation en ce que le sens de leur propos est dénaturé". Les extraits de ces interviews qui figurent dans le film "doivent être supprimés", ajoute ce jugement, ce qui revient selon l'avocat de la documentariste Sophie Robert, Me Benoît Titran, à ce que "le film soit interdit en l'état".

La décision prend effet immédiatement. Le Mur doit donc être retiré d'internet, où il est notamment présenté sur le site de l'association Autistes sans frontières. Tant qu'il n'aura pas été remanié, l'association devra payer 100 euros par jour de retard. "A ce prix-là, s'insurge l'avocat de la documentariste, n'importe quel documentaire monté peut être interdit. Le documentariste n'a plus le droit de porter un regard dans son montage." Sophie Robert fera appel.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Culture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.