Trois ingrédients qui font le succès de "Fais pas ci, fais pas ça"

La série familiale de France 2 revient, mercredi, pour sa septième saison.

Les acteurs qui incarnent la famille Bouley dans la série \"Fais pas ci, fais pas ça\", dont la saison 7 revient sur France 2, le 3 décembre 2014.
Les acteurs qui incarnent la famille Bouley dans la série "Fais pas ci, fais pas ça", dont la saison 7 revient sur France 2, le 3 décembre 2014. (GUYON NATHALIE / FRANCE TELEVISIONS)

"A taaaaaaaaaaable !" Fais pas ci, fais pas ça fait son grand retour sur France 2. Les deux premiers épisodes de la nouvelle saison doivent être diffusés mercredi 3 décembre. Les familles Bouley et Lepic reprennent du service pour une septième rentrée alors que les droits de la série familiale ont été vendus dans une trentaine de pays comme la Norvège, l'Ukraine, la Chine et la Corée du Sud.

Francetv info détaille trois ingrédients de ce succès made in France qui, l'année dernière, attirait en moyenne 4,5 millions de téléspectateurs, soit 17,4% du public de quatre ans et plus.

1Les héros sont comme vos proches ou vos voisins

La série met en scène deux familles : les Bouley, plutôt bobos de gauche, et les Lepic plutôt cathos de droite. Les deux clans vivent côte à côte dans la ville de Sèvres, commune pavillonnaire assez cossue des Hauts-de-Seine, près de Paris. "Au début, je me suis demandé qui pourrait être intéressé par l'histoire de gens sans problèmes financiers, qui habitent une banlieue chic ?", se demande l'acteur Guillaume de Tonquédec, qui incarne RenaudLepicdans Le Figaro.

Mais entre un père de famille "numéro deux chez le fabricant de robinets Binet", un autre qui enchaîne les "périodes de restructuration professionnelle" et une mère un peu trop souvent débordée, la série dépeint la France d'aujourd'hui avec un zeste de caricature. "On aime la série parce que ces gens pourraient être nos voisins ou notre famille", écrit ainsi L'Express.

En clair, tout le monde s'y retrouve. "Une des clés de la série, c'est que le public se retrouve un peu dans chacune des deux familles, les bobos et les réacs, à travers ces tranches de vie. Que ce soient des sujets légers ou graves", estime dans Le Parisien Isabelle Gélinas, qui interprète Valé­rie Bouley"Les Lepic pensent marquer des valeurs tandis que les Bouley prônent la compréhension. Finalement, tout le monde se plante ! Les gens se reconnaissent en eux", estime Thierry Bizot, le producteur de la série, auprès du Figaro.

2La série parle à toutes les tranches d'âge

"La série repose sur les rapports parents-enfants", explique encore Guillaume de Tonquédec. Et dans Fais pas ci, fais pas ça, les parents sont incontrôlables, les enfants plutôt sages. Tous font face aux petits et grands tracas de la vie. La fiction aborde aussi bien le petit dernier qui mouille ses draps que les conflits de générations ou encore des questions de société comme la prostitution, le mariage pour tous ou le divorce (une nouveauté de la saison 7).

Mais tous les thèmes sont vus sous des angles variés, selon les nombreux personnages aux sensibilités différentes. Du coup, toute la famille y trouve son compte, peu importe l'âge. "Cela plaît en effet à toutes les géné­ra­tions. Les amis de ma fille de 16 ans adorent la série, tout comme ceux de ma mère", raconte la comédienne Isabelle Gélinas dans Voici.

3Les personnages sont sur les réseaux sociaux

Comme les personnages de la série sont comme vous ou vos proches, ils sont actifs sur les réseaux sociaux. Fabienne Lepic a un compte sur Facebook, et la fille Bouley, Tiphaine, est présente sur Twitter. La première compte près de 28 000 abonnées, la seconde un peu plus de 5 000.

Dernièrement, Fabienne a partagé son combat contre les anglicismes. "Je souhaiterais remplacer, au sein de notre commune, le mot anglais 'Halloween' par l’appellation 'Veillée de la Citrouille'", a-t-elle écrit le 31 octobre.

De son côté, Tiphaine affiche une timeline plus vraie que nature, entre commentaires de la Coupe du monde de football...

... et remarques désabusées sur les études :