Cet article date de plus d'un an.

Réalisatrices à la télévision : Riester préfère "des mesures incitatives" aux quotas

A la télévision, 18% des fictions sont coréalisées par une femme, 8% réalisées uniquement par une femme et 88% des créateurs de séries sont des hommes

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le ministre de la culture Franck Riester au Palais de l'Elysée à Paris, le 24 janvier 2020 (ALAIN JOCARD / AFP)

Le ministre de la Culture Franck Riester a indiqué le 7 février qu'il préférait "des mesures incitatives" aux quotas pour augmenter le nombre de femmes réalisatrices à la télévision, ajoutant toutefois que "s'il fallait passer" par cette méthode il s'y résoudrait.

"Je suis pour tous les dispositifs qui permettent aux femmes d'être davantage en responsabilité", a déclaré Franck Riester sur CNews, alors que plusieurs femmes, dont l'actrice et productrice Julie Gayet, ont dénoncé au Festival des créations télévisuelles de Luchon le manque de femmes réalisatrices à la télévision, comme au cinéma.

"Il y a des dispositifs qui ont été mis en place en 2019 par le CNC" avec des "bonus d'aides supplémentaires pour les équipes paritaires", a-t-il rappelé. "On voit bien qu'avec ce dispositif, on devrait naturellement, non seulement augmenter le nombre de réalisatrices mais aussi dans les équipes, dans les différents métiers qui constituent une équipe de cinéma ou une équipe de fiction, avoir davantage de femmes". "C'est une très bonne chose. Je préfère les mesures incitatives aux quotas, mais s'il faut passer par des quotas, nous passerons par des quotas", a-t-il ajouté.

A la télévision, 18% des fictions sont coréalisées par une femme

A la télévision, 18% des fictions sont coréalisées par une femme, 8% réalisées uniquement par une femme et 88% des créateurs de séries sont des hommes, selon les chiffres avancés par Laurence Bachman, productrice et coprésidente de l'association Pour les femmes dans les médias. "On est tous en train de réfléchir à un système de quotas", a-t-elle indiqué au Festival de Luchon, saluant l'initiative de Delphine Ernotte, patronne de France Télévisions, qui a décidé d'instaurer des quotas de réalisatrices.

Le CNC a créé en 2019 un bonus de 15% dans les subventions pour les films dont les équipes intègrent autant de femmes que d'hommes à des postes d'encadrement clés. En 2019, 22% des films agréés par le CNC ont reçu ce bonus, selon des chiffres publiés en novembre.

Filmmakers, un film sur les conditions de travail des réalisatrices à travers le monde

Sur le grand écran, avec 27% de films réalisés par des femmes, la France fait figure de bonne élève même si 27% "c'est un chiffre compliqué car c'est moyen", pas bas au point de susciter une réaction mais encore loin de la parité, estime l'actrice et productrice Julie Gayet, présente au festival des créations télévisuelles de Luchon pour présenter son documentaire Filmmakers, sur les conditions de travail des réalisatrices à travers le monde. Il s'agit du troisième volet d'une trilogie documentaire dans laquelle Julie Gayet s'est intéressée aux réalisatrices en France. Celles-ci y discutent du regard féminin, des obstacles sociétaux et de leur travail en confiant des anecdotes parfois cocasses, parfois amères. 

Julie Gayet, engagée dans le collectif "50/50 pour 2020", créé dans le sillage de l'affaire Weinstein pour promouvoir la parité dans le monde du cinéma hexagonal, dénonce aussi les disparités salariales, qui touchent tous les métiers du cinéma.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.