"Koh-Lanta" : vers une information judiciaire pour homicide involontaire après la mort d'un candidat ?

Le parquet de Créteil a démenti les informations selon lesquelles un juge d'instruction allait être nommé pour déterminer les causes exactes de la mort de Gérald Babin.

Le présentateur de \"Koh-Lanta\", Denis Brogniart, pose devant le logo de l\'émission.
Le présentateur de "Koh-Lanta", Denis Brogniart, pose devant le logo de l'émission. (TF1)

Quatre mois après la mort d'un candidat de "Koh-Lanta", une information judiciaire va-t-elle être ouverte pour homicide involontaire ? Le site Arrêt sur images l'affirme mercredi 17 juillet, tout comme une source judiciaire à l'AFP, mais le parquet a démenti dans la foulée. "On dément toute ouverture d'information judiciaire. On ne peut pas fixer de calendrier. Aucune décision n'a été prise", a-t-on indiqué. 

Une enquête préliminaire a été ouverte le 27 mars par le parquet de Créteil pour homicide involontaire. Les investigations ont été confiées aux policiers de l'Office central de recherche des violences faites aux personnes, afin de déterminer les causes exactes de la mort de Gérald Babin. Le jeune homme de 25 ans s'était effondré après un malaise cardiaque lors du premier jour de tournage de l'émission de TF1 au Cambodge. Selon les premiers éléments de l'enquête et le rapport d'autopsie, il a succombé à une "défaillance cardiaque sur cardiopathie dilatée". Sa mort avait été suivie par le suicide du médecin urgentiste du programme, le docteur Thierry Costa.

Les proches de Gérald Babin ont porté plainte le 8 avril pour violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner, homicide involontaire aggravé, mise en danger de la vie d'autrui mais également entrave aux mesures d'assistance et omission de porter secours, atteinte à la dignité des personnes et travail dissimulé.