Miss : Geneviève de Fontenay tire sa révérence

A 83 ans, Geneviève de Fontenay met un terme à une vie entière consacrée aux miss. Pour le dernier concours qu'elle préside, la dame au chapeau confie avoir "un peu d'émotion".

FRANCE 3

Clap de fin ce soir, ce samedi 16 janvier. Pour la dernière fois, Geneviève de Fontenay préside un concours de miss. C'est dans un cabaret de Soulzmatt (Bas-Rhin) que se tient l'élection durant laquelle elle va dire au revoir à une vie largement consacrée à la beauté féminine française.

Pendant six décennies, Geneviève de Fontenay a sillonné les régions de France pour trouver les plus belles femmes. "C'est une page de ma vie qui va se tourner, ce sera probablement la dernière d'ailleurs. Ça sera dans les archives (rires)", déclare la présidente d'honneur. "On a toujours un peu d'émotion, bien sûr. Je suis quand même sensible pour beaucoup de choses. C'est un événement pour moi ce soir", ajoute-t-elle au micro de France 3.

"La dame au chapeau qui incarne les Miss"

Tout débute à la fin des années 1950, quand Geneviève de Fontenay est élue Miss Elégance avant de devenir la présidente du comité Miss France. Pour cette Lorraine issue d'une famille modeste de dix enfants, le conte de fées est en marche. Avec le temps, elle se forge un caractère bien trempé. En 2010, après plusieurs conflits et scandales liés aux Miss, la dame au chapeau rompt avec Endemol, la société de production propriétaire de l'élection Miss France.

Geneviève de Fontenay fonde alors son propre concours dissident, Miss Prestige national. Une participante de cette année confie : "Pour moi, c'est la dame au chapeau qui incarne les Miss. C'est elle. C'est pour ça aussi que j'ai choisi de venir ici". A 83 ans, l'emblématique égérie de la beauté à la française se dirige vers une nouvelle vie de retraitée. Une vie qu'elle envisage avec sérénité, elle qui regorge de projets.

Le JT
Les autres sujets du JT
Geneviève de Fontenay, le 16 janvier 2016 à Soultzmatt (Haut-Rhin).
Geneviève de Fontenay, le 16 janvier 2016 à Soultzmatt (Haut-Rhin). (SEBASTIEN BOZON / AFP)