Les Suisses disent "non" à 71,6% à la suppression de la redevance audiovisuelle

D'un montant d'environ 390 euros, la redevance suisse est l'une des plus chères d'Europe.

Des panneaux appelant à voter \"non\" à la votation sur la suppression de la redevance audiovisuelle, le 9 février 2018, à Genève (Suisse).
Des panneaux appelant à voter "non" à la votation sur la suppression de la redevance audiovisuelle, le 9 février 2018, à Genève (Suisse). (DENIS BALIBOUSE / REUTERS)

Ils ont dit "non" à l'initiative "No Billag". Les Suisses ont largement refusé de supprimer la redevance audiovisuelle, dimanche 4 mars, lors d'un référendum, selon les derniers résultats officiels, publiés après la clôture des bureaux de vote. Le texte sur la suppression de la redevance a été rejeté par 71,6% des votants. Le "non" a fait son plus gros score dans le canton de Neuchâtel avec 78,3%. Et à Genève, il l'a emporté avec 74,8%. 

Une initiative portée par le Parti libéral-radical

L'initiative populaire "No Billag" sur la redevance avait été élaborée par le mouvement de jeunesse du Parti libéral-radical, pour qui la redevance "n'a plus rien à voir avec leur génération" qui a grandi avec les plateformes de vidéo en ligne et les chaînes de télévision sur abonnement.

La redevance en Suisse, l'une des plus chères d'Europe, s'élève actuellement à 451 francs suisses (environ 392 euros). L'an prochain, son prix sera abaissé à 365 francs. Elle sera en revanche désormais payée par tous, même ceux qui n'ont pas de poste de télévision ou de radio. Les autorités ont fait valoir que la télévision et la radio étaient désormais regardées et écoutées sur internet.