Décathlon, disco et téléréalité : les vies en tous genres de Caitlyn Jenner

En décidant de devenir une femme, l'ancien champion olympique et patriarche du clan Jenner-Kardashian a secoué les Etats-Unis. Une habitude chez elle. 

Caitlyn Jenner, avant sa transformation officielle, rejoint sa famille sur le plateau du show de téléréalité \"Keeping Up With The Kardashians\", à Los Angeles (Californie), le 10 mars 2014.
Caitlyn Jenner, avant sa transformation officielle, rejoint sa famille sur le plateau du show de téléréalité "Keeping Up With The Kardashians", à Los Angeles (Californie), le 10 mars 2014. (IRA / ZOJ/WENN.COM / SIPA)

"C'est assez fantastique que tu aies l'occasion de vivre deux vies en une !" Dans un double épisode de l'émission de téléréalité "La Famille Kardashian", consacré à l'annonce par Bruce Jenner de sa transition d'homme à femme, l'époux de Khloe Kardashian s'extasie devant le parcours de son ancien beau-père.

Deux vies ? Seulement ? Légende du sport, père de famille, républicain, star du petit écran, icône transgenre, etc. Avant même de devenir officiellement une femme, l'ex-patriarche le plus célèbre du petit écran s'est toujours joué des rôles et des étiquettes. Née William Bruce Jenner en 1949, dans l'Etat de New York (est des Etats-Unis), Caitlyn (puisqu'il s'agit désormais de sa seule et unique identité) a vécu bien des vies, en "seulement" soixante-cinq ans. Francetv info les a listées.

"Le plus grand athlète du monde"

En 1976, un jeune sportif nommé Bruce Jenner devient "un héros américain". Imbattable décathlonien, "le plus grand athlète du monde" vole à l'ennemi soviétique la médaille olympique, et arrache un record du monde, inégalé jusqu'en 1980 (8 618 points). "Je suis extraordinairement fière de ce que j'ai accompli. J'y suis parvenue grâce à tout mon être", a récemment confié Caitlyn à Vanity Fair. "Pas seulement Bruce, mais tout ce que j'étais à l'époque : un gamin dyslexique, souffrant de dysphorie du genre [trouble de l'identité sexuelle], avec tous ces problèmes qui font que je me suis plongée dans le sport beaucoup plus intensément que la plupart des gosses", a-t-elle analysé.

Après le basket-ball et le football américain, au lycée, puis l'athlétisme au plus haut niveau, dans les années 1970, Caitlyn peut se targuer d'avoir sur son CV une solide expérience de pilote automobile (et d'avion, sa passion) et de golfeuse. Pourtant, c'est moins pour l'ensemble de son œuvre sportive que pour le courage de sa transformation, qu'elle recevra le prix Arthur Ashe décerné par la chaîne sportive américaine ESPN, le 15 juillet prochain. 

Star de la pub, d'un navet disco et d'une saison de "Chips"

Difficile de trouver évolution plus intime que celle d'un changement de genre. Mais, chez les Jenner, l'intimité n'existe pas. En une de Vanity Fair, lookée comme une diva hollywoodienne et photographiée par Annie Leibovitz, Caitlyn a fait de l'annonce de sa nouvelle identité une actualité planétaire. Quant à l'annonce de sa transition, accordée en exclusivité en avril à la chaîne ABC dans un entretien de deux heures, elle a été suivie par près de 17 millions de téléspectateurs. Elle devrait être "étudiée par tous les PDG", explique un chef d'entreprise dans un édito publié sur le site de CNBC. "Humble, charmant, imparfait. Tantôt sérieux, capable de rire, ou de pleurer. Il a emmené les spectateurs dans une aventure émotionnelle, et a gagné nos cœurs", affirme l'auteur de l'article, patron ébahi devant l'incroyable maîtrise médiatique de "Bruce".

Si Bruce Jenner n'existe plus, Bruce Jenner Aviation et Bruce Jenner Productions ont permis à Bruce Jenner chef d'entreprise de capitaliser sur son produit phare : son image. Depuis que la star a prêté son visage (et son titre olympique) aux céréales Wheaties, ("le déjeuner des champions"), elle n'a jamais vraiment quitté le petit écran, figurant dans les années 1980 au générique des séries Arabesque, Ricky ou la Belle Vie, ou encore Chips. Au cinéma, il tient en 1980 l'un des rôles principaux du navet Can't Stop the Music, une fiction consacrée au groupe Village People.

Dans les années 1990, boosté par sa troisième épouse, Kris Houghton (ex-femme de l'avocat Robert Kardashian), l'ex-athlète donne des conférences de motivation à travers les Etats-Unis, un nouveau rôle de "performer", dans lequel la future Caitlyn, auréolée de son parcours de star des pistes, prophétise des platitudes : "Au départ, il suffit d'un rêve", et "Il y a un champion en chacun d'entre nous."

En 2007, il s'épanouit dans son propre rôle, aux côtés de sa désormais ex-femme Kris Jenner et de ses belles-filles, Kim, Kourtney et Khloe Kardashian. Après avoir accepté (moyennant 35 000 dollars par épisode, selon The Richest) de mettre en scène sa vie, puis sa transition, dans des épisodes de la série de téléréalité "La Famille Kardashian", Caitlyn va devenir la star de sa propre émission. Depuis son changement d'identité, elle pourrait aussi apparaître dans l'émission "The Real Housewives of Beverly Hills" et dans la série Transparent, laquelle raconte l'histoire d'un père de famille âgé qui devient transgenre.

Bref, "Bruce Jenner transitionne vers un gros chèque", constate The Wrap, tandis qu'un édito du New York Post décrit une médiatisation "obscène". L'auteur relève au passage que le prénom Caitlyn, n'étant associé à aucune autre célébrité, a sans doute été choisi pour son potentiel marketing. "Je ne fais pas cela pour l'argent", se défend la star dans Vanity Fair. "Je le fais pour soulager mon âme et aider les autres". Dans le même magazine, sa mère, âgée de 89 ans, confie quant à elle avoir d'abord cru à un énième coup de pub.

 Un "père absent" et surmédiatisé à la tête d'une fratrie déjantée

La star a eu six enfants : trois filles et trois garçons, soit deux de chacun de ses mariages (en annonçant sa transition, Caitlyn a tenu à distinguer son identité de genre de son identité sexuelle et a assuré avoir toujours aimé les femmes). Du temps de son mariage avec Kris Jenner (ex-madame Kardashian), entre 1991 et 2013, Bruce Jenner a été le patriarche d'une famille comptant au total 10 enfants. Au milieu des frasques de Kim Kardashian, sa belle-fille, et de son ex-épouse Kris, Bruce Jenner a souvent adopté le rôle du pacificateur, voix de la raison dans une maison déjantée. Père affectueux à l'écran pour les deux dernières, les adolescentes Kendall et Kylie Jenner, Bruce a aussi essuyé des critiques, puisqu'il a été qualifié de père absent par les enfants de ses premiers mariages.

"Je pense que Caitlyn est quelqu'un de meilleur que Bruce", lui a même annoncé son fils aîné, Burt. Si Kendall et Kylie ont refusé d'apparaître dans la téléréalité qui lui est consacrée, tous ont salué son choix de devenir une femme transgenre. Sa fille la plus âgée, Cassandra, a elle aussi déclaré s'être rapprochée de son père depuis qu'il s'agit d'une femme : "Nous parlons plus aujourd'hui que jamais. Comme deux filles", a-t-elle expliqué à Vanity Fair. 

Une voix pour médiatiser la cause trans' 

"C'est courageux de votre part de partager votre histoire", a déclaré Barack Obama, à l'intention de Caitlyn Jenner, dans un tweet publié dans la foulée de la une de Vanity Fair. Jusqu'alors largement ignorées dans les médias et volontiers caricaturées, les personnes transgenres et transsexuelles pourraient-elles bénéficier durablement de l'élan de sympathie suscité par Caitlyn Jenner ? Parmi ceux qui l'espèrent figurent Laverne Cox, l'héroïne transsexuelle de la série Orange is the New Black, ou les mannequins trans' Andreja Pejic, Carmen Carrera et Geena Rocero. Sur le site Paper, cette dernière s'est félicitée de la nouvelle "visibilité" offerte par Caitlyn Jenner aux personnes concernées. Avec, en ligne de mire, l'espoir qu'un jour "tous les pays reconnaissent les droits des personnes transgenres à l'autodétermination", et la fin des discriminations dont elles souffrent.

S'adressant à ces pionnières, Caitlyn Jenner les a remerciées d'avoir "simplifié les choses pour [elle]". "J'espère que mon honnêteté simplifiera les choses pour quelqu'un d'autre", a-t-elle confié. Républicaine et conservatrice, Caitlyn Jenner a déjà annoncé son intention de demander aux membres républicains du Congrès de se pencher sur les questions trans'. Et ce alors que, dans plusieurs Etats, le législateur envisage d'attaquer les droits des personnes transgenres, rapporte The Guardian. Puisque toutes les personnes trans' n'ont pas remporté de titre olympique (ni joué dans Chips, d'ailleurs), Caitlyn se fait ambassadrice.

"La plupart des personnes trans' n'ont pas les privilèges dont Caitlyn et moi jouissons désormais", a nuancé l'actrice Laverne Cox, rompant sagement le concert de louanges. "Ce sont ces personnes trans' que nous devons continuer de soutenir, à qui nous devons permettre un accès aux soins, à l'emploi, au logement, des rues sûres, des écoles sûres et des foyers pour nos jeunes", a-t-elle déclaré, citée par Yagg. Des choses dont le monde a davantage besoin que d'une nouvelle téléréalité sur les Kardashian-Jenner.