Cet article date de plus de deux ans.

Philippe Gildas, une folle carrière

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Philippe Gildas, une folle carrière
France 3
Article rédigé par
France Télévisions

Philippe Gildas est décédé samedi 27 octobre à 82 ans, emporté par un cancer. Journaliste rigoureux, il fut aussi un animateur populaire de télévision sur Canal+.

Pour beaucoup, Philippe Gildas restera cet animateur rieur à la tête d'une équipe incontrôlable dans "Nulle part ailleurs", sur Canal+. Une équipe qui a communiqué sa peine sur Twitter à l'annonce de sa mort dimanche 28 octobre : "Avec tout mon amour", a écrit Antoine de Caunes ; "Adieu mon Philou", a posté José Garcia. C'est au début des années 1960 que Philippe Gildas fait ses classes dans l'audiovisuel à RTL, juste avant d'intégrer la télévision. On le retrouve en 1969 en version polar, blouson et cigarettes, dans une interview clandestine d'un syndicaliste recherché par la police. À la fin des années 1960, il présente le journal télévisé, juste avant son retour à la radio dans les années 1970. Cette fois, c'est Europe 1, une radio qu'il retrouvera plusieurs fois et dont il épousera l'une de ses animatrices, Maryse.

De l'info au divertissement

À partir de 1975, Philippe Gildas passe de l'information au divertissement avec une émission alliant sport et connaissances, "La Tête et les Jambes". Journaliste dans l'âme, il retrouve l'interview politique à l'occasion de la présidentielle de 1981. Au milieu des années 1980, Il anime "La Chasse au trésor" sur Antenne 2. Philippe Gildas rejoint ensuite Canal+ et "Nulle part ailleurs", où il arbitre les facéties des Nuls et d'Antoine de Caunes tout en préservant la mission informative de l'émission, qui avait décroché un 7 d'or en 1997. Philippe Gildas avait une marionnette à son image dans "Les Guignols de l'info" : un vrai jumeau, petit, breton, avec de grandes oreilles et une sacrée carrière.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Les Guignols de l'info

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.